Où boire et acheter les meilleurs rhums Parcours A Nous Paris
18 mai 2015  / Parcours

Le rhum à Paris : où l'acheter, où le boire ?

Sylvain Ouchikh
13/05/2015

Alcool de plus en plus plébiscité par les Français (quoique, bien sûr, à consommer avec modération), il met un peu de soleil dans notre quotidien. Il s’impose également dans l’univers des barmen. Si le rhum agricole de nos Antilles reste une valeur sûre, cet alcool est produit dans presque tous les pays du globe ! Tour d'horizon des boutiques où acheter du bon rhum et des bars où le consommer on the rocks ou en cocktails.

Si l’on devait situer les pays producteurs de rhum sur une mappemonde, il ne fait point de doute que l’on verrait des petits points de couleur un peu partout. Chaque année ou presque, une nouvelle marque est mise sur le marché. Sur une petite île de Thaïlande, à Phuket, des Français ont ainsi décidé de se lancer dans cette aventure. Avec un certain succès puisqu’on peut trouver maintenant en France les bouteilles de Chalong Bay, leur marque.

Partir à la connaissance du rhum, c’est donc s’approprier une histoire qui prend naissance avec la canne à sucre importée par les nombreux conquistadors espagnols et portugais. Dès 1493, Christophe Colomb l’introduit à Saint-Domingue. En effet, il avait embarqué sur ses navires des plants provenant des Canaries qui seront repiqués ensuite dans l’île d’Hispaniola, l’actuelle Saint-Domingue. Le climat convenant parfaitement à son épanouissement, la plante se développa dans toutes les Caraïbes.

On l’utilisait avant tout pour ses qualités sucrières (le sucre est recherché à cette époque comme une épice et se vend fort cher en Europe). Contrairement aux autres eaux-de-vie nobles, le rhum naquit à cette période du résidu de l’exploitation du fruit de la plante. Ce dernier, de base liquide (la mélasse) devient après distillation un alcool pouvant titrer jusqu’à 90 degrés. Le processus était si mal maîtrisé que les Anglais le surnommèrent rapidement au XVIIe siècle “kill-devil” (littéralement “tue-diable”). Ce breuvage fort et de piètre qualité devint instantanément la boisson favorite des pirates et des flibustiers. Délaissé par les classes aisées, le rhum s’imposa comme le breuvage du pauvre, et notamment des esclaves noirs qui noyaient leur mélancolie dans cet alcool bon marché.

Cette époque est bel et bien révolue : le rhum est devenu bien meilleur, et très tendance. Et à défaut de partir sur les mers chaudes, on vous convie, l’espace d’un instant à une balade parisienne tout en couleur !

Où acheter son rhum ?

Maison du whisky

Amateur de spiritueux et notamment de rhum, voici une adresse incontournable. En plein cœur de Saint-Germain, on se laisse balader sur les trois étages dédiés. Le rez-de-chaussée est consacré au top des ventes, l’étage, aux dégustations dispensées gratuitement tous les samedis après-midi sur une marque particulière, et le sous-sol aux produits plus spécifiques. On y trouve une superbe sélection de rhums. Le personnel bien formé se veut disponible et professionnel. On en a besoin car ce bel établissement compte plus de cent références rien que pour cet cet alcool. Il y en a pour tous les goûts et toutes les budgets.

6, carrefour de l’Odéon
, 6e. Mo Odéon. Tél. : 01 46 70 20. www.whisky.fr. Ouvert du lundi au mercredi et le samedi de 10 h 30 à 20 h, et le jeudi et vendredi de 10 h 30 à 21 h.

Christian de Montaguère

A peine franchit-on le pas de cette petite boutique qu’on se retrouve transporté vers les Caraïbes. Le propriétaire des lieux, Christian de Montaguère, nous accueille avec douceur et le sourire. Dans cet espace relativement réduit, on trouve plus de 900 références de rhum. C’est sans doute l’une des plus belles collections de France. Christian connaît tous les flacons et saura parfaitement vous conseiller. Il organise également des ateliers pour ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur le sujet. Une épicerie fine propose de bons produits des Antilles. On ressort plein de soleil et de bonne humeur !

20, rue de l’Abbé Grégoire, 6e. Mo Saint-Placide. Tél. : 09 51 89 40 55. www.christiandemontaguere.com. Ouvert le lundi de 14 h à 19 h et du mardi au samedi de 11 h à 19 h.

A’Rhum

Proche de la gare Saint-Lazare, on aimerait que le train nous transporte vers les mers chaudes. En attendant, on pénètre dans cet antre du rhum. La sélection est incroyable avec des rhums blancs (très bien pour les cocktails), les rhums vieux et les rhums d’exception (pour la dégustation essentiellement). On y trouvera également un très beau choix de cachaças (une eau de vie brésilienne très aromatique) artisanales et bio. Des ateliers sont également dispensés sur les différentes catégories de rhum. Oups, on a raté le train !

34, rue du Grenier Saint-Lazare, 3e. Mo Rambuteau. Ouvert le lundi de 14 h 30 à 20 h, du mardi au jeudi de 10 h 30 à 20 h, vendredi et samedi de 10 h 30 à 21 h. Tel. : 01 42 77 85 92

Où boire un bon rhum ?

Andy Wahloo

On y va avant tout pour l’ambiance décontractée et la terrasse quand le soleil se pointe. On se dit qu’on va rester à l’extérieur, « tranquillou  comme Andy ». Puis on s’approche du bar. On regarde le barman Kaled travailler. Au final, on est bien mieux sur les tabourets à l’observer choisir les bouteilles, à intégrer les différents ingrédients avec maestria dans notre verre. Avec brio, il invente. Il a devant lui sa sélection, la “Andy Rhum & Cachaça”, venue de treize pays différents. Nul doute qu’il faut lui faire confiance.

69, rue Gravilliers, 3e. Mo Arts et Métiers. Tél. : 01 42 71 20 38. Ouvert du mardi au samedi de 18 h à 2 h. www.andywahloo-bar.com.

Mabel

Orthographié un peu différemment, le nom pourrait être une déclaration d’amour. Mais on la fera plus tard, car on est avant tout venu pour le rhum, qui a trouvé ici son empire. Il est d’ailleurs l’alcool phare du lieu, comme pour mieux nous faire voyager. Il y a bien des tables qui nous attendent mais là encore, on préfère largement s’accouder au bar. On regarde la préparation de notre cocktail. En fait, on ne sait pas trop quel goût il aura car on a laissé faire le bartender. Il saisit une bouteille de son impressionnante collection. Un rhum brun. Original ! Il joue avec. Mélange avec dextérité. Et nous voilà servis !

58, rue d’Aboukir, 2e. Mo Sentier. Tél. : 01 42 33 24 33. Ouvert du lundi au samedi de 18 h à 1 h 30.

Maison Souquet

Et pourquoi pas aller dans le bar d’un hôtel pour s’évader ? On ne parle pas d’un rendez-vous caché, d’un cinq-à-sept (il s’agit pourtant d’une ancienne maison de plaisir), mais plutôt d’un lieu où l’on prendrait un bon cocktail à base de rhum (39 références). D’autant que cet établissement, entièrement rénové sous la patte du décorateur Jacques Garcia, vient d’ouvrir ses portes, non loin du Moulin Rouge. Le bar est situé dans la « salle des petits bonheurs ». Il est au cœur même de l’établissement, comme pour mieux enivrer nos nuits. À découvrir absolument !

10, rue de Bruxelles, 9e. Mo Blanche. Tél. : 01 48 78 55 55. www.maisonsouquet.com.

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.