© Warner Bros. France
13 juin 2017  / Cinema

Interview : Gal Gadot, un super-héros au féminin

Propos recueillis par Fabien Menguy
13/06/2017

Les Batman, Superman, et autres Iron Man n’ont qu’à bien se tenir. Wonder Woman vient de débarquer en force. Pour l’occasion, nous nous sommes entretenus avec Gal Gadot, sa sculpturale interprète.


© Warner Bros. France

Pourquoi avez-vous accepté ce rôle la toute première fois en apparaissant dans Batman v Superman : L’Aube de la justice ?

Gal Gadot : Parce que c’était le rôle de mes rêves, alors même que je n’en rêvais pas encore (rires). Quand j’ai commencé à être actrice à Los Angeles, j’ai rencontré différentes personnes du métier, qui me posaient toujours la même question : « Quelle est le rôle de vos rêves ? » Je répondais invariablement que ce serait de jouer une femme vraie, forte, ayant confiance en elle, et en même temps vulnérable et passionnée. Et quelques années après, sans m’y attendre, on m’a castée pour Wonder Woman.

 

C’est important pour vous d’incarner la première héroïne à avoir fait l’objet d’un film de super-héros depuis Electra en 2005 ?

Je ne me vois pas comme le leader d’un film de super-héros. Superman, Batman, ou Spider-Man nous ont inspirés quand nous étions enfant, et je pense que c’est important d’avoir une figure féminine forte en face d’eux. Dans le monde, il y a autant d’hommes que de femmes, donc c’est important que nous soyons représentées dans ce genre de films. Et Wonder Woman est parfaite pour cela. Elle est à la fois forte et iconique, donc c’est parfait.

 

N’avez-vous pas peur d’être coincée dans le rôle de Wonder Woman toute votre vie ?

C’est un rôle très fort c’est sûr, mais en hébreu on a un dicton qui dit : « You can’t have your cake and eat it » (l’équivalent de notre « On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre »). Je ne peux pas apprécier autant ce personnage et adorer cette histoire, sans accepter qu’il me colle à la peau. Pour moi, c’est une énorme chance et une expérience incroyable en tant qu’actrice et que femme. Et j’espère avoir encore plus d’opportunités de pouvoir montrer mes compétences dans d’autres rôles.


© Warner Bros. France

C’est un sacré challenge, du coup…

En effet. Quand cette aventure a commencé, juste avant de tourner, j’avais l’impression d’être une toute petite fille au pied du mont Everest, en me demandant comment j’allais monter tout en haut par moi-même.

 

Vous connaissiez la série télévisée ?

Non, je n’étais pas née (rires). J’ai juste regardé deux épisodes après avoir été castée pour le film.

 

Comment s’est passée la rencontre avec Lynda Carter, l’héroïne de la série ?

Super bien. La première fois que je l’ai rencontrée, j’ai tout de suite compris pourquoi elle avait été la première Wonder Woman. Elle est tellement gentille, attentionnée, drôle et pleine de caractère. Je l’ai aimée immédiatement. Je l’ai revue pour l’avant-première, et j’étais très nerveuse de savoir ce qu’elle pensait du film. Et quand elle m’a dit qu’elle avait aimé, ça a été un soulagement.

 

Comment vous êtes-vous préparée pour le rôle ?

Je me suis entrainée cinq ou six mois avant le tournage. J’ai fait beaucoup d’exercices physiques, de répétitions de cascades, de chorégraphies de combats, et de l’équitation tous les jours.

 

Quelle a été la chose la plus difficile sur ce film ?

C’est avec le froid que j’ai eu le plus de mal. On a tourné en Angleterre pendant l’hiver, en extérieur, et j’étais gelée. Ça, c’était mon plus gros défi.

 

Et porter cet imposant bustier, ce n’était pas contraignant ?

Non, il a été conçu pour être pratique, parce qu’on savait que j’allais passer énormément de temps dans le costume. C’était important pour tout le monde que je me sente à l’aise et que je puisse évoluer avec. Il y avait sept différentes versions du bustier. Un sombre, un clair, un léger, un lourd…

(Photo : © Warner Bros. France)

 

Et dans le lot, aucun bustier chaud ?

Non, tous les vêtements qui peuvent exister sont plus chauds que ne l’était ce costume. Même quand ils mettaient des chaufferettes à l’intérieur, il restait froid (rire).

 

Que feriez-vous si vous aviez les pouvoirs de Wonder Woman ?

Je pense que je ferais ce qu’elle fait. Elle essaie de sauver le monde, mais d’une belle façon. Elle tente d’aider les gens bienveillants qui se battent pour le bien. Elle leur redonne de l’espoir.

 

À qui feriez-vous dire la vérité si vous aviez son lasso magique qui empêche de mentir ?

Ah, c’est une bonne question. Je pense à tous les hommes politiques du monde.

 

Que feriez-vous si vous pouviez vivre éternellement ?

J’aurais le temps de faire tout ce que je veux, du coup. Eh bien, je prendrais mon temps. Je voyagerais.

 

Quel est votre super-héros préféré ?

Wonder Woman, évidemment.

 

Quel est votre héros humain préféré ?

J’en ai plusieurs, dans ma famille : mon mari, mes deux filles, mes parents, ma sœur.

(Photo : © Warner Bros. France)

Quel effet ça fait de voir des figurines à son effigie ?

C’est à la fois bizarre et amusant. C’est une expérience totalement surréaliste. La première fois que j’ai vu la poupée Wonder Woman, je savais que c’était moi, je me tenais dans la main, mais je n’arrivais pas à réaliser que c’était vraiment moi. Il y avait comme un temps de latence entre la situation et laa compréhension, mais c’est cool.

 

Vous jouez avec vous ?

Non, j’ai passé l’âge (rires).

 

Et c’est comment, de se retrouver en couverture des magazines et de toutes les affiches du monde entier du jour au lendemain ?

C’est dingue. Pour être honnête avec vous, ce que je vis en ce moment est tellement excitant et délirant… Je suis très reconnaissante pour tout ça.

 

Quel effet ça fait d’être un sex-symbol ?

Parce que je suis un sex-symbol ? Vous êtes le premier à me poser la question. Je ne sais pas. Je ne me vois pas comme ça (rires).

Pensez-vous qu’il y a trop de super-héros à Hollywood ?

Non. Les super-héros existent pour nous raconter une histoire encore plus grande, plus grande que la vie. Ils sont là pour faire le bien et leurs histoires sont des histoires d’héroïsme. Je pense que leur rôle est de nous inspirer, de nous aider à faire une pause dans notre quotidien pendant 2h, pour nous détendre. Ces films nous inspirent avec des messages plus ou moins cachés, mais toujours positifs et pensés pour améliorer la situation. On ne reçoit pas trop de messages de ce genre.

(Photo : © Warner Bros. France)

 

Wonder Woman, de Patty Jenkins, avec Gal Gadot, Chris Pine et Robin Wright. Fantastique. En salle.

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.