© Suzanne Rault-Balet
16 mai 2017  / Scenes

Les peintres au charbon

Myriem Hajoui
16/05/2017

Le spectacle du collectif La Cantine raconte l’histoire incroyable mais vraie d’un collectif d’ouvriers britanniques créant en 1934 son propre mouvement pictural : le Ashington Group. Avec pour point de départ la rencontre improbable entre des mineurs bruts de décoffrage et un jeune universitaire dandy venu les initier à l’art.

Tiré de la pièce de Lee Hall (Shakespeare in Love, Billy Elliot), le spectacle du collectif La Cantine nous immerge au fond d’une galerie souterraine asphyxiée par des jets de fumée : l’enfer quotidien des "gueules noires". Le décor est planté. Il s’agit pour le jeune metteur en scène Marc Delva de faire résonner l’histoire incroyable mais vraie d’un collectif d’ouvriers britanniques créant en 1934 son propre mouvement pictural : le Ashington Group. Avec pour point de départ la rencontre improbable entre des mineurs bruts de décoffrage et un jeune universitaire dandy venu les initier à l’art. Les gars font la moue. Et pour cause : sacrifiant leur santé pour un labeur harassant, ils se pensent comme des "gens de peu", hermétiques à toute forme d’art. Mais les voilà bientôt téléportés vers de surprenants ailleurs…

Rondement mené dans le pur ton de la comédie sociale anglaise, le récit (traduit par Fabrice Melquiot) titille la curiosité et creuse en filigrane la question du déterminisme social : "L’art est-il fait pour tout le monde ?". On voudrait clamer haut et fort que oui, bien sûr… oubliant un instant que les mines ont été fermées pour accueillir un musée prônant la fraternité et la créativité ! Le spectacle est un poil trop long, mais son ingénieux dispositif bi-frontal et la nervosité de la mise en scène atténuent ce léger bémol. La troupe est jeune, un peu inégale ? Pfuitt… Totalement investis, Hugo Bardin, James Borniche, Thomas Brazète, Solal Forte, Florent Hu, Emmanuel Rehbinder et Paul Emile Pêtre font joliment palpiter ces mémoires ouvrières effacées, soutenus par la présence lumineuse d’Elodie Galmiche et de Marie Petiot (en alternance avec Elise Fourneau). Lorsque la chanson “Working Class Hero” de John Lennon retentit, on découvre enfin les œuvres créées par le groupe. Leur grandeur étincelle alors comme une petite flamme têtue dans les ténèbres.

Jusqu’au dimanche 28 mai au théâtre 13, 30 rue du Chevaleret, 13è. Du mardi au samedi à 20 h et le dimanche à 16 h. M° Bibliothèque F. Mitterrand. Prix: 7€- 26€. Téléphone : 01 45 88 62 22.

 

Infos
Tarif

Prix: 7€- 26€

Lieu

Théâtre 13
30 rue du Chevaleret
75013 Paris

M° Bibliothèque F. Mitterrand
Téléphone : 01 45 88 62 22

Horaires

Jusqu’au dimanche 28 mai
Du mardi au samedi à 20 h et le dimanche à 16 h

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.