Paris, anousparis, hygge, chocolat chaud, plaid, convivial, cocon, repos, prendre le temps, tendance
10 mars 2017  / Tendances

Vous reprendrez bien encore un peu de hygge ?

Rémi Mistry
10/03/2017

Le printemps approche, mais pas trop vite quand même. Du coup, face à la baisse d’énergie ambiante, on cède au hygge. Déguster un chocolat chaud emmitouflé dans un plaid en contemplant la pluie tomber par la fenêtre ? Hygge. Discuter avec des amis autour d’une cheminée crépitante ? Encore hygge. Parsemer son intérieur de jolies bougies ? Toujours hygge. Le terme a envahi les pages des magazines depuis le début de l’hiver pour désigner ce fameux art de vivre typiquement danois qui prône le "cocooning convivial", la recherche du bien-être et le goût des choses simples. Radioscopie amusée d’une tendance érigée en véritable recette du bonheur.

D'abord, tenter de le prononcer correctement, ce qui est loin d'être gagné. Hi-ge ? Ai-ge ? Heu-gue, nous dit-on. Puis arrive le plus compliqué : le définir. Le hygge fait partie de ces mots étrangers qui n'ont pas d'équivalent dans notre langue. En réalité d’origine norvégienne, le terme, apparu pour la première fois à l’aube des années 1800 lorsque le Danemark et la Norvège ne formaient qu’un seul royaume, signifie simplement "bien-être". Il englobe les notions de convivialité, douceur, confort, simplicité, chaleur, sécurité ou authenticité. Rien que ça.
Le hygge, c’est « l’art de créer de l’intimité en pratiquant le cocooning », « d’être ensemble tranquillement dans une atmosphère jolie et cosy » ou de « goûter aux petites choses de la vie avec les personnes chères » a-t-on pu lire ici et là. Surtout : c’est être plutôt qu’avoir. Car le hygge est avant tout un état d’esprit. On peut être hygge ou faire du hygge. Au Danemark, les spécialistes parlent même de "syndrome Gilles de la Tourette" tant on l'emploie à toutes les sauces sous forme d'adjectif ou de verbe, autant pour évoquer une soirée réussie qu’un lieu accueillant ou un objet qui embellit le quotidien (« Oh, quel salon de thé hyggelig ! Si on entrait dedans pour hygger un peu ? », si, si ce genre). Mais plus qu'un tic de langage ou une mode passagère, le hygge semble être devenu une sorte de ciment invisible unissant les habitants de ce pays qui a érigé l'art de vivre en valeur essentielle. Un pays qui, au passage, occupe la première place du classement mondial du bonheur selon les mesures de l’ONU, et ce malgré des conditions climatiques parfois rudes (il fait froid et nuit très tôt une bonne partie de l'année) et un taux d'imposition parmi les plus élevés au monde (comme quoi...). De là à en déduire que la clé de ce bonheur réside dans le hygge, il n’y a qu’un pas que Meik Wiking, président d'un think tank indépendant consacré à la qualité de vie, a franchi allégrement. Son incontournable ouvrage publié l'an dernier sous le titre Le Livre du hygge a été vendu dans une vingtaine de pays, notamment en Angleterre d'où le concept a véritablement décollé au début de l'hiver.
Depuis, c'est la déferlante, pas un seul magazine n'a échappé au phénomène, transformant cet art de vivre venu du froid en tendance feel good indispensable pour combattre le mauvais temps et la mauvaise humeur. Du côté des éditeurs, la chose fait également recette et on ne compte plus les livres sur le sujet qui garnissent les rayons développement personnel des librairies. Outre Le Livre du hygge, citons également L'Art du hygge de la psychologue Anne-Sophie Monod ou Hygge de l'écrivaine et journaliste Louisa Thomsen Brits qui entreprend de saisir l'essence du hygge en allant scruter la psyché des Danois tout en prodiguant des conseils pour adapter cette philosophie de vie à nos quotidiens et ainsi toucher du doigt ce fameux bonheur scandinave qui fascine tant. « Les Danois pratiquent le hygge depuis des centaines d'années, explique-t-elle. Le niveau de vie élevé, le bon accès aux soins de santé, et à l'éducation et une distribution équitables des richesses contribuent à ce bonheur. Mais une recherche active du bonheur ne mène pas forcément au bien-être. Au cœur de la vie danoise et du hygge se trouve le contentement, plus stable et profond. […] Le hygge englobe une façon d'être avec nos semblables, de prendre soin d'eux et de soi. »

Cette envie de prendre le temps de vivre sereinement et de profiter des choses qui nous entourent, on la retrouve dans les pages de la revue française Simple Things. Ici, toutes les thématiques du hygge sont abordées, et ce même avant que le terme ait été à la mode sur le territoire. On y apprend à cuisiner des plats healthy, à décorer son intérieur avec des matières naturelles ou à confectionner ses propres accessoires (très hygge ça, le DIY). Tout cela évidemment illustré par des photos plus hygge-tu-meurs : un couple en pyjama se prélassant sur le canapé, des pâtisseries à la cannelle soigneusement disposées sur une table en bois, un paysage automnal vu à travers une fenêtre et on en passe. Une esthétique douce, minimale et un brin surannée devenue la marque de fabrique du hygge qui donne parfois la légère impression de se retrouver dans un cocon ouaté où la vie ressemblerait aux photos Instagram passées à travers leurs filtres pastel – le quotidien anglais The Guardian parle même d’une « conspiration cosy ». Mais au beau milieu d'un hiver forcément trop long et en ces temps troublés, on cède volontiers à la sensation de réconfort et de chaleur promise par le hygge. Comme on dit, il n'y a pas de mal à se faire du bien. Pour ceux qui ne s'y sont pas encore mis, voici quelques préceptes à suivre pour être au top du hygge à la maison !

 

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.

A Nous Parus TV - Youtube

Bandes annonces, playlists, nouveaux sons, concerts...
Retrouvez notre sélection de vidéos