10 mots du vin pour briller en société

Déguster la cuvée d’un vigneron sous ses yeux et se retrouver dans l’incapacité de commenter son doux nectar… Quel malaise ! Du 23 au 26 mars prochain, le Salon des Vignerons Indépendants vous ouvre ses portes et ses meilleures bouteilles. A Nous Paris  vous a concocté un petit lexique des mots du vin pour soutenir les néophytes dans leurs dégustations. Sortez les antisèches !

 

Astringent

vigne
© Pixabay

 

Un vin astringent provoque une sensation de sécheresse dans la bouche. C’est un phénomène qu’on retrouve sur les vins rouges chargés en tanins. Au contact de la salive, ils provoquent un resserrement des tissus et un assèchement, comme si la langue devenait rugueuse.

 

Boisé

verre de vin
© Pixabay

 

C’est en plongeant son nez dans son verre que l’on découvre ce côté boisé que le vin acquiert après plusieurs mois passés en fût (tonneau), c’est-à-dire au contact même du bois. Un procédé qui apporte au vin des arômes vanillés, torréfiés, de caramel ou de pain grillé.

 

Cépage

cagette de raisin
© Pixabay

 

Chardonnay, Pinot noir, Sauvignon, Merlot… Ce sont tous des cépages différents, autrement dit, des variétés de vignes différentes. Chacune a ses propres particularités et souvent un terroir (une région) qui lui est propre. Autant d’éléments qui vont définir le vin que vous vous apprêtez à boire.

 

Gouleyant

vigne
© Pixabay

 

“Elle est gouleyante cette vinasse !” Cette réplique culte signée Jacquouille la Fripouille aura laissé sa trace dans le lexique des œnologues amateurs. En d’autre termes, notre ami se délecte d’un breuvage léger, jeune, frais et facile à boire. Un petit vin de table sans prétentions.

 

Long

vigne
© Pixabay

 

Si vous goûtez un vin “long en bouche”, cela signifie qu’une seule gorgée suffit à laisser son empreinte gustative pendant quelques secondes. Il existe même une unité de mesure pour évaluer cette longueur, ce sont les caudalies. Une seconde égale une caudalie.

 

Minéral

verres de vin blanc
© Unsplash

 

Voilà un terme qui s’applique souvent aux vins blancs. Leur minéralité évoque des notes de craie, de silex. Une perception à laquelle s’ajoute souvent un petit goût salé qui serait dû au  transfert d’arômes et de sels minéraux en fonction des terres où sont cultivées les vignes.

 

Robe

bouchons en liège
© Pixabay

 

Après avoir fait délicatement tournoyer le vin dans leur verre, les connaisseurs le lève pour apprécier sa robe à la lumière. La robe, c’est donc tout ce qui touche à l’aspect visuel du vin. Sa couleur, son intensité, sa limpidité ou sa viscosité sont autant d’indices pour déterminer les qualités techniques et le vieillissement d’un bon vin.

 

Rond

verres de vin
© Pixabay

 

À l’inverse de l’astringence, la rondeur d’un vin vient tapisser la langue et le palais comme du velours. Cette sensation d’onctuosité se retrouve aussi bien dans les vins blancs que dans les vins rouges et ne signifie pas nécessairement qu’il s’agit d’un vin moelleux.

 

Tanins

grappes de raisin
© Pixabay

 

Les tanins sont les molécules qui viennent de la peau et des pépins avec lesquels on a laissé le vin macérer. Ils lui donnent sa structure et sa matière et ce sont eux qui peuvent créer une sensation d’astringence.

 

Vert

femme qui sent un verre de vin
© Pixabay

 

C’est un défaut que l’on retrouve dans certains vins. On ne parle alors évidemment pas de sa robe, mais de la sensation d’une trop forte acidité. Un défaut de certains vins dû à une vendange trop précoce et donc à des raisins insuffisamment mûrs.

Ça y est, vous êtes prêt à déguster. Mais n’oubliez pas de cracher, car, oui, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ! 

Le Salon des Vins des Vignerons Indépendants
Du 23 au 26 mars 2018
Espace Champerret
Métro Porte de Champerret

Retrouvez notre sélection de bars à vin à Paris