Chez Bouboule, bistrot et pétanque

Le patron est plutôt svelte. Alexis Robert, fondateur du Vintage dans le 2e, un bar à rugbymen, ouvrait il y a quelques semaines Chez Bouboule, en hommage au surnom de son grand-père, fana de pétanque.

Au coin de l’avenue Trudaine côté Anvers (oui, le numéro de rue “zéro” existe bien !), juste en face de la nouvelle brasserie Dunkerque, avec ses ampoules qui flashent et sa terrasse géante, Chez Bouboule est l’endroit idéal pour un entracte rigolo. Un bar qui dépote, viril dans le style avec ses barmen à tatouages, ses tables, son comptoir façon néo-boucherie, et surtout son vrai terrain de pétanque pour venir s’aligner en triplette. À la parisienne, ceint d’un filet de protection pour épargner les peureux, avec sable dur parfait pour lancer le cochonnet, tableau des scores, et verre de Ricard affiché en gros à 3 euros.

Ça bouillonne dès le jeudi soir, à coups de vin rouge, la maison proposant une belle sélection de bouteilles, pic-saint-loup, côtes de Blaye et chinon à 26 €, et une carte de snacks abordable allant du hot-dog aux fromages d’Auvergne, en passant par la planche de charcuterie et de bonnes rillettes. Après l’apéro, tout le monde file en général au fond du bar, avec dragouille permise, tablettes en marbre pour avaler burger, côtelette d’agneau ou tartare avant d’aller tirer, pointer, et faire un carreau sur place (réussir à prendre la place exacte d’une boule) : « l’orgasme » selon Bouboule.

 

Quelle ambiance ?

Conviviale et design.

Pourquoi on y va ?

On aime la belle sélection de vins, la carte de snacks abordable allant du hot-dog aux fromages d’Auvergne, en passant par la planche de charcuterie et de bonnes rillettes, mais aussi ses  burger, côtelette d’agneau ou tartare.

Pour qui ?

Les fans de pétanque et de soirée.