Co, l’esprit « little factory »

Ca bouge du côté de la Porte de Clignancourt. Après la Recyclerie, une autre adresse fait parler en bien. Une « little factory » à la fois bar à cocktails, resto, espace d’expos et atelier de création bien en phase avec son quartier.

Imaginé par Bruno et Isabelle Grappotte, cet ancien entrepôt du 18e, qui faillit périr sous les flammes cet été, renaît en lieu vivant et coloré. Sorte de grande brocante organisée, Co s’est trouvé une âme en ressortant quelques vieilles armoires de grand-mère, des machines à écrire d’avant-guerre et kitscheries allant du nain de jardin aux mugs collectors des Beatles. Lieu d’expositions en tout genre – à voir les dessins de Simon de la Porte et sculptures délirantes de la plasticienne Adaem – Co sert entre vernissages, pièces de théâtre et bœufs de piano, une carte de cocktails bien arrangés – Keith Richards au Bourbon, infusé aux épices et au chocolat vivement recommandé –, tous associés aux petits plats de la maison, fish and chips en star et club sandwich bien roulé (à partir de 11 €). Touche bobo en bonus : du caviar à partager, vendu à petit prix (à partir de 18 €) par le patron, un pro de l’esturgeon. Dinette en bande dans les salons dépareillés de la mezzanine conseillée et passage obligé au fumoir, le plus déglingué de Paris, où entre boîtes de caviar vintage et champignons décoratifs, se retrouvent créatifs, artistes en herbe, musiciens et créatures venues d’autres planète.