A.Boire

Comment déguster du vin sans avoir l’air bête ?

Le vin. Tout un monde inconnu pour la majorité qui flatte pourtant les sens de tout être humain. Du palais au nez en passant par la vue et l’odorat, c’est une palette complète que ce nectar aux multiples couleurs nous offre. Pour les non-initiés (qui souhaitent approfondir l’univers de l’œnologie), voici quelques clefs pour une dégustation de vin dans les règles de l’art.

Les conseils

dégustation de vin
Photo by Kelsey Chance on Unsplash

 

Premièrement, on se laisse porter par les conseils du caviste, du barman, du chef. On lui indique ses goûts, ce que l’on met dans l’assiette si l’on est à table. Les accords, c’est important quand on mange, et on ne va pas se démolir le palais non plus. On se laisse guider, on découvre et on déguste.

La dégustation première partie : on le sent le vin

Photo by Kelsey Chance on Unsplash

 

Première étape, on joue avec le vin dans le verre, on le fait tourner afin de libérer son arôme. On le hume. Une fois. Deux fois. Trois fois. Et quatre fois (pour le plaisir). Son parfum change. Evolue. On raconte les arômes que l’on sent. On n’hésite pas. Des madeleines de Proust olfactives peuvent s’y cacher. Cette étape est très importante. Car en plus d’humer le vin on le goûte. Les effluves passent par le nez mais se ressentent aussi dans la bouche.

La dégustation deuxième partie : on le goûte le vin

dégustation
Photo by Scott Warman on Unsplash

 

On débute avec une première gorge. Très fine. Elle doit s’évanouir sur les papilles. Comme pour l’étape précédente on ressent et on indique les goûts, les sensations. Plus vous parlerez, plus les mots, les souvenirs et les images seront justes.

La dégustation troisième partie : lampée par lampée

Photo by Alfonso Scarpa on Unsplash

 

On attaque le cœur de la dégustation (celui que vous attendez depuis le plop! du bouchon) par des gorgées lentes, entrecoupées de respirations. On ne se presse pas ! Surtout en ce qui concerne les rouges. On le fera même tourner dans le verre, surtout si ce n’est pas un open-up. Il faut l’oxyder.

 

La dégustation la suite : attention au changement de vin

Photo by Willian West on Unsplash

 

Un vin très tanique après un merlot tout doux ? Oh la ! Attention. Il faut y aller progressivement. Le but est de tout sentir. On ira donc du plus léger au plus lourd. Et si blanc et rouge font table commune, commencez par le blanc et filez doucement vers le rouge. Ce sera mieux ainsi.


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.