L’OPA assure

Poche de résistance dans un quartier où les riverains sont moins joyeux qu’ailleurs, le bar-club de la rue Biscornet a cassé de la brique cet été pour faire plus de place aux danseurs.

Toujours aussi chaleureux (la faute à des barmen aussi déchaînés que le public), l’OPA mise sur des petits prix, des DJ’s qui ne sont pas des stars mais qui assurent (le crew de Technorama ou les soirées de Phil Dirty), et des “juicy hot dogs” pour se relancer à toute heure de la nuit.

Photo David Aidan