On a testé pour vous les ateliers de brassage amateur du Bar Fondamental

A première vue, on a plutôt l’impression de pénétrer dans une jungle où le mojito va couler à flots. Avec ses plantes accrochées au plafond et ses lames de bois sur le mur, le Bar Fondamental semble loin des microbrasseries standards. Mais la présence en grand nombre de fûts sous le comptoir et d’une cuve de brassage de 200 litres à l’entrée rassureront les amateurs de bonnes mousses. Ouvert depuis le mois de novembre, au 6 rue André Antoine à Pigalle, le lieu fait la part belle à la bière artisanale. Sur la carte, d’excellents crus venus des quatre coins du monde côtoient les bières brassées par les propriétaires du lieu. Des ateliers pour apprendre aux amateurs à brasser eux-mêmes leur bière sont ouverts au grand public : « Il y a deux formations. La première de 2h à 60 € et la seconde de 4h à 160 € », nous indique Youssef, le patron du bar. Pour aujourd’hui, nous opterons pour la formule de 2h en compagnie de Maxime, notre maître-brasseur et véritable encyclopédie sur la fabrication de la bière.

Les secrets d’une bonne bière

Bar fondamental
© Ludovic Clerima

 

A l’aide d’un tableau noir, Maxime nous explique les différentes étapes de la fabrication de la bière artisanale. Le concassage, qui consiste à sélectionner sa base de malt afin d’obtenir une bière plus ou moins brune. L’empâtage et le brassage pour transformer en sucre l’amidon du malt. Le lavage de ce dernier. La mise en ébullition de l’ensemble. Le refroidissement. La fermentation. Le soutirage et enfin… la mise en bouteille. Les participants aux ateliers de 4h choisissent eux-mêmes le malt qui constituera la base de leur bière et peuvent, en amont, préparer des arômes originaux à ajouter à leur décoction comme du gingembre, du chocolat ou encore des agrumes. Pour les groupes de deux heures, une bière artisanale est déjà en cours de fermentation, cette opération étant très longue. Intarissable sur le sujet, Maxime ponctue ses interventions d’anecdotes sur l’univers de la bière industrielle et du retour en force de la bière artisanale.

Histoire de la bière autour d’un verre

Bar fondamental
© LBF

 

Durant toute la phase de fermentation, rendez-vous au bar pour une dégustation de plusieurs bières artisanales autour d’une planche de charcuterie et de fromage. Une blanche ou une brune à la main, on y discute origine de la bière. Le breuvage daterait de 4 000 avant J.C, et viendrait du Moyen-Orient, entre l’Iran, la Syrie et l’Irak. C’est là que des tablettes d’argile produites par les Sumériens sont découvertes par des archéologues. On y lit des inscriptions faisant état d’une boisson fermentée d’orge, d’épeautre, de blé et de millet : la « Sikaru » (le pain liquide). Tout en déversant son savoir, Maxime nous délivre les bases de la dégustation de la bière en s’intéressant aux couleurs, aux parfums et aux goûts des différents breuvages qui nous sont proposés.

Une bouteille pour tous

Bar Fondamental
© Pixabay

 

Vient enfin le moment de l’embouteillage. Si lors de l’atelier de 2h chacun repartira avec une bouteille de bière artisanale sous le bras, qu’il mettra lui-même en bouteille, ceux du module de 4h devront faire preuve de patience. Le fermentation de la bière dure au moins deux semaines. Il leur faudra attendre ce délai pour venir embouteiller leurs… 15 litres de bières (environ 30 bouteilles). « Une fois la bière embouteillée, laissez-la reposer entre deux semaines et un mois dans un lieu sombre où la température ne dépasse pas les 28 degrés« , conseille Maxime. « Au moment de l’embouteillage, si l’alcool est déjà présent, la bière est plate et n’a pas encore de goût, d’où l’attente. » Les meilleures choses ont toujours besoin de patience…

Le Bar Fondamental
6 rue André Antoine, 18e


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !