1 pays, 1 petit-déjeuner : que mange-t-on au Japon ?

Vous l’avez sans doute remarqué, cet été le Japon est partout. De la Villette à Pompidou en passant par la Philharmonie et le Louvre, avec “Japonismes 2018”, Paris célèbre 160 ans d’amitié franco-japonaise. L’occasion parfaite pour nous de poser nos valises au pays du Soleil-Levant et de déguster un petit-déjeuner à la sauce nippone.

 

Une gastronomie délicate

vitrines de magasins à Osaka
Vitrine Osaka via Flickr © Pedro Szekely

 

Célèbre pour son raffinement, son audace et son originalité, la gastronomie japonaise est l’une des plus appréciées au monde. Exit les classiques makis et sushis, bonjour tempuras, okonomiyakis et ramens ! Avec sa fraîcheur et ses saveurs uniques (l’umami, cinquième saveur après le sucré, le salé, l’amer et l’acide, est littéralement une création japonaise), la cuisine nippone réveille les palais occidentaux et se distingue très largement du reste de la gastronomie asiatique. Riz, poisson, viande, tofu, œufs, légumes et algues sont les principales composantes de l’alimentation des Japonais. Et cela, même au petit-déjeuner !

 

Le petit-déjeuner japonais dans l’assiette

Petit-déjeuner traditionnel japonais vu du dessus
Petit-déjeuner traditionnel japonais via Flickr © Momo

 

Ce qui fait la particularité d’un petit-déjeuner japonais traditionnel, c’est sa proximité avec un repas classique. En France, les deux sont très formellement séparés. D’une part, parce que le petit-déjeuner se déguste majoritairement version sucrée, et d’autre part, parce que certains aliments comme la confiture et les céréales lui sont exclusivement dédiés.

Au Japon, en revanche, le petit-déjeuner commence avec un bol de riz blanc comme pour la majorité des repas. L’autocuiseur est évidemment le “must have” de n’importe quel foyer. On lance généralement la cuisson du riz le soir. Pendant la nuit le riz est maintenu au chaud dans l’appareil et, de bon matin, l’élément essentiel du petit-déjeuner est déjà prêt !

L’autre classique du petit-déjeuner japonais, c’est la soupe miso, un bouillon de pâte de miso, d’algues et de tofu. A cette base s’ajoutent selon les tables des œufs en omelette ou mollets le plus souvent, du poisson grillé ou séché ainsi que du natto (graines de soja fermentées), des algues nori, du tofu et des tsukemono (légumes en pickles).

 

Le petit-déjeuner japonais dans la tasse

thé vert petit-déjeuner japon
© Masaaki Komori on Unsplash

 

Au Japon, le thé vert relève plus de l’élixir de longue vie que d’une simple boisson. Qu’il soit servi froid ou chaud, on le retrouve aussi bien sur la table du petit-déjeuner que sur celle du repas du midi ou du soir. Une véritable religion qui obéissait traditionnellement à un rituel chorégraphié lors du service. Aujourd’hui le pays est toujours le plus gros consommateur de thé vert au monde ce qui, dans l’imaginaire collectif, expliquerait la vitalité des Japonais. Leur espérance de vie est en effet de 84 ans en moyenne, soit quatre ans de plus que la moyenne des pays de l’OCDE.

Alors, vous reprendrez bien une petite tasse ?


Jusqu’en septembre, dégustez un brunch japonisant au Spicy Home Paris
Samedi, dimanche et jours fériés de 11h à 16h
65 boulevard de Sébastopol, 1e
Métro Etienne Marcel

Et pour prolonger le voyage, découvrez le programme complet de “Japonismes 2018” ici