un club de jazz insolite naît dans le 19ème

Ouverte dans la tranquillité du mois d’août, La Gare renaît après presque un siècle de silence et de squats d’artistes sous la forme d’un bar/jazz club insolite.


© DR

Fermée depuis 1934 puis transformée en squat en tant que La gare aux gorilles, la station abandonnée du Pont de Flandres remet aujourd’hui le jazz à l’honneur, au sein de ses 2000 m2 de terrasse et jardins.
Ce bar/club de jazz, situé sur la Petite Ceinture dans le 19e arrondissement parisien, comprend également une salle de concert d’une capacité de 300 personnes.

On doit cette redécouverte à Julien de Casabianca-Caumer, explorateur/artiste en quête de rues et bâtiments à (re)mettre en lumière, également fondateur de La Fontaine, jazz-club situé rue de la Grange-aux-Belles, véritable tremplin d’artistes jazz méconnus.
La Gare, qui se veut accessible à tous et sujette à une participation libre, n’a qu’un seul mot d’ordre : « on n’a pas le droit de parler à voix haute quand les musiciens jouent », souligne Julien Caumer au journal Le Parisien.

« De la musique avant toute chose »

Priorité à la musique, donc !
Une programmation jazzy est garantie tous les soirs de la semaine avec à l’affiche une programmation éclectique où se cotoient grands comme petits noms, internationaux ou non.
Le 29 septembre, La Gare accueillera notamment Ricardo Del Fra, le bassiste historique de Chet Baker, qui viendra tester son nouveau projet et ses compos in vivo.

La cerise sur le gâteau ? La carte du bar qui affiche des prix tout doux.
Ici, les cafés se sirotent pour 1 euro et les bières pour 2,60 euros.
Nous voilà conquis.

 

Quelle ambiance ?

Bar jazzy.

Pourquoi on y va ?

La programmation musicale et les consommations à prix doux.

Pour qui ?

Les amoureux de jazz.

 

La Gare
1, avenue Corentin Cariou, 19e
Ouvert tous les jours de 16h à 2h et de 14h à 2h le samedi et dimanche
Page Facebook