A.Ecouter

10 artistes à voir au Pitchfork Music Festival Paris

Le Pitchfork Music Festival Paris  (Pitchfork ou P4K pour les habitués) revient les 31 octobre, 1er et 2 novembre 2019, toujours à la Grande Halle de la Villette. Mais cette édition comporte quelques nouveautés: deux nouvelles scènes, une soirée dédiée aux musiques urbaines ainsi qu’une place de choix accordée à l’avant-garde. Pour vous permettre de vous y retrouver dans sa foisonnante programmation, on vous a préparé une sélection de 10 artistes à ne pas manquer.

 

© Alban Gendrot

 

The 1975

Après avoir accumulé les trophées aux derniers Brit Awards, le fameux quatuor anglais a d’ores et déjà annoncé un nouvel album pour début 2020. Et il y a fort à parier qu’ils nous gratifieront de quelques extraits lors de ce Pitchfork. Voici déjà une bonne raison d’aller les applaudir. D’autant plus que leur mélange de rock alternatif et d’électro-pop se révèle explosif sur scène. Et qu’il se dégustera telle une sucrerie acidulée le samedi 2 novembre.

Nilüfer Yanya

Miss Universe, le premier album de la jeune Londonienne sorti cette année nous avait scotché à la fois par sa maturité et son inventivité. En même temps, on parle d’une artiste qui s’est fait connaître en 2016 en reprenant un titre culte d’un groupe intouchable. A savoir Hey des cultes Pixies. Autant dire que l’Anglaise n’a pas froid aux yeux et le démontrera à nouveau vendredi 1er novembre.

Kojey Radical

Parce qu’il est l’exemple-même de l’artiste aux multiples talents dont raffole Pitchfork, Kojey Radical est l’un des must-see de cette édition. A la fois poète, musicien, rappeur, illustrateur ou encore directeur artistique, ses différentes casquettes s’entremêlent autour d’une œuvre visionnaire. C’est pourquoi son mélange de grime et de rap alternatif sera attendu de pied ferme le jeudi 31 octobre.

Weyes Blood

Natalie Mering, l’artiste avant-gardiste qui se cache sous le pseudo de Weyes Blood a toujours su conjuguer expérimentations avec tradition folk. Le nouvel opus de la Californienne intitulé Titanic Rising n’y fait pas exception, déroulant avec majesté une rétro-pop orchestrale mélodieuse à souhait. A savourer le vendredi 1er novembre.

Skepta

Figure de proue du rap britannique et pionnier de la scène grime, le MC et producteur Skepta a sorti cette année, après le carton de Konnichiwa, un nouvel excellent album intitulé Ignorance Is Bliss. Live explosif en perspective le jeudi 31 octobre.

Nelson Beer

Ce fut l’un de nos coups de cœurs aux dernières Transmusicales de Rennes. Le magnétique performeur suisse, à la fois producteur et musicien, casse les codes de l’électro-pop urbaine en y injectant une bonne dose de chanson française. Il assume dans ses titres son côté ambigu et se révèle fascinant sur scène, comme vous pourrez le constater vendredi 1er novembre.

Celeste

Son nom vous donne une idée du programme qui vous attend le jeudi 31 octobre en sa compagnie. L’artiste américaine élevée à Brighton est LA nouvelle étoile de la soul anglaise, dont le talent précoce et un réel supplément d’âme ne sont pas sans rappeler une certaine Amy Winehouse.

Squid

Brighton encore (même si le groupe est à présent basé à Londres), mais côté quintette rock cette fois-ci. Car le bordel omniprésent du côté de la perfide Albion a, comme souvent en période de remue-ménage politique, du bon. En tout cas au niveau musical puisqu’il a fait éclore une tripotée de nouveaux groupes prêts à en découdre à l’instar de Shame et Idles, mais également côté irlandais The Murder Capital ou Fontaines D.C.  C’est la raison pour laquelle les petits nouveaux de Squid devraient eux aussi vous ravir niveau performance scéniques  vendredi 1er novembre.

Jessica Pratt

Un peu de répit et de douceur folk dans ce monde de Trump, c’est bien ce qu’apportera pour notre plus grande joie la délicate Jessica Pratt grâce aux merveilleux titres de son troisième album Quiet Signs le samedi 2 novembre.

John Talabot

Le catalan John Talabot viendra subjuguer la nuit pitchforkienne du vendredi 1er novembre grâce à ses prods deep house ultra bien pensées, qui vous feront à coup sûr voyager. Un moment de grâce pendant lequel tout oublier et repartir le cœur léger.

Bonus : Primal Scream

Evidemment, on ne boudera pas notre plaisir de (re)voir sur scène un groupe toujours aussi culte après 37 (!) ans d’une carrière menée tambour battant. Parce qu’en perpétuelle recherche de renouvellement tout en gardant sa fibre rock’n’roll, Primal Scream vous fera bien entendu hurler de plaisir.

 

Pitchfork Music Festival Paris
Du 31 octobre au 2 novembre à la Grande Halle de la Villette
Infos & Billets