Anthony Joseph Caribbean Roots

Dans une musique panafricaine orpheline de James Brown, Fela Kuti, Gil Scott Heron, un musicien est parvenu, ces dernières années, à combler le vide. Anthony Joseph nous vient de Trinidad-et-Tobago, il vit en Angleterre depuis les années 1980, pays d’accueil des voyageurs au long cours, qui se promènent avec un bagage créole et une foi indestructible.

Anthony Joseph se lit autant qu’il s’écoute, entre ses recueils de poésie et une musique scandée, aux confins de tout ce que nous avons aimé, ce mélange de calypso, de soul, de free jazz, de funk, avec un arrière fond religieux. Cette cuisine savoureuse a donné des albums puissants, Heveanly Sweetness, produit par Meshell Ndegeocello (un gage de qualité), Bird Head Son, enregistré avec le tromboniste Joe Bowie et le guitariste Keziah Jones, et aujourd’hui Caribbean Roots, chaleureux manifeste, aux rythmes lancinants et poétiques dont il a envoyé en avant-goût un petit chef d’œuvre, « Neckbone ». Evidemment, c’est sur scène que ce personnage déploie le mieux ses talents, son charisme, à la tête de son orchestre, riche de ses cuivres, instruments électriques, percussions. Un beau voyage.