Calvi, music & lifestyle

Du 30 juin au 5 juillet, l’événement corse fêtera dignement ses quinze ans d’existence avec un line-up et un lifestyle alléchants. Une cinquantaine d’artistes mettront la musique électro et le patrimoine corse à l’honneur.

Small is beautiful. C’est la tendance du moment dans le secteur des festivals. À l’heure des rassemblements géants et de la course au cachet pour les stars des platines et du live, la décroissance a fini par atteindre un milieu où l’on essaye généralement d’en mettre plein la vue aux spectateurs. Depuis sa création en 2002, Calvi on the Rocks a certes décuplé son nombre de participants, mais il a désormais atteint sa taille idéale, avec quelque 20 000 personnes disséminées sur les six jours de festivités. De quoi justifier l’appellation “boutique festival”, qu’il revendique, une grosse tendance en Grande-Bretagne et en Europe, où de plus en plus de mélomanes privilégient les rassemblements intimistes et chaleureux. « On a atteint la taille maximum naturelle et ça nous va très bien, confirme Nicolas Boisseleau, de l’équipe de Calvi on the Rocks. De toute façon, la ville de Calvi peut difficilement accueillir plus de monde en termes de logements et de vols pour s’y rendre. »

Avec 2 500 personnes réunies chaque soir au Théâtre de Verdure pour assister aux performances des têtes d’affiche, au milieu du petit village en bois construit pour l’occasion, Calvi on the Rocks reste un festival à taille humaine, avec ce côté camp de vacances qui a fait sa réputation. La cité corse a tout du lieu de villégiature idéal, avec son climat ultra-sec, sa baie, sa citadelle, ses plages de sable fin et la montagne non loin. Conséquence : les festivaliers n’attendent même pas de connaître la programmation pour prendre leur billet. « Plus des trois quarts des gens réservent avant que la programmation ne soit dévoilée. Ce sont en général des personnes qui sont déjà venues et qui savent que le line-up de Calvi ne les décevra pas. Et la plupart des festivaliers ont prévu de vivre une semaine complète. Ils sont conscients que venir à Calvi est une expérience ; il ne s’agit pas juste d’écouter des DJ’s. » Et les artistes ne sont pas en reste. Comme tout le monde, ils sont aguichés à l’idée de passer quelques jours de détente sur l’Île de Beauté, avant de retourner dans le circuit industriel des festivals européens. D’une année sur l’autre, aux côtés des headliners, on retrouve peu ou prou les mêmes têtes, devenues des résidents de Calvi on the Rocks. Parmi eux, des valeurs sûres des platines comme Pedro Winter, Para One ou les Pachanga Boys, qui avaient participé au meilleur clip de campagne du festival avec la vidéo (amateur) de leur set sur la plage In Casa en 2012, terminé par leur inusable hit “Time”.

 

Plus de vidéo et de gastronomie

D’ailleurs, cette année, alors que les grands festivals ont désormais tous une équipe dédiée à la vidéo, Calvi on the Rocks va professionnaliser l’aspect live et digital, « qui était complètement absent les années précédentes », en mettant en place un dispositif de retransmission en direct sur Facebook. « Il y a beaucoup de photos du festival mais pas de vidéos. Les gens qui ne sont jamais venus ont du mal à se rendre vraiment compte de ce qu’est Calvi on the Rocks. » Une initiative qui devrait changer l’image d’un festival dont la réputation s’est construite par le bouche à oreille, le rendant peut-être moins inclusif, même s’il restera des endroits pour happy few, comme cette sparkling pool (piscine à bulles) confidentielle dans les hauteurs calvaises.

Autre changement pour cette 15e édition, l’ouverture d’un nouvel espace autour du port, qui mixera musique, make-up et gastronomie. On the Docks constituera une scène supplémentaire consacrée à la food, en association avec Grand Cuisine (voir page xx). « Cette première scène food, on l’a construite un peu comme un line-up de festival, avec ses warm-up, ses montées en tension, ses cliffhangers, ses breaks, ses finish en apothéose, détaille Mat Gallet de Grand Cuisine Cinéma Club, qui a réalisé un travail de directeur artistique. On a choisi des chefs aux lignes de cuisine à la fois différentes mais connexes. L’idée est – un peu comme une carte blanche qu’on donnerait à un artiste – d’offrir la possibilité aux chefs invités d’interpréter, à leur manière, la cuisine méditerranéenne ainsi que les très chouettes produits corses. Le tout en live et sous les yeux des clients. » Un véritable festival parallèle qui renforce encore la dimension art de vivre de Calvi on the Rocks.