Check Morris signe l’affiche de WLG

Cette année le duo de graphistes Check Morris multiplie les collaborations et signe la prestigieuse affiche de We Love Green.

Avant même de connaître la programmation dans son ensemble, la prise de contact avec une nouvelle édition de festival se fait via son affiche. Cette année, elle est signée comme en 2015 par Check Morris, un duo au nom de « blague pop », formé par Nicolas Motte et Mathias Pol sur les bancs de l’école de graphisme de la Ville de Paris, dont il se sont fait virer sans obtenir le diplôme « le dernier trimestre de la dernière année ». « Mais faut-il le préciser ? », demandent-ils tous les deux en rigolant, comme au sujet de pas mal de choses qu’ils balancent, d’ailleurs. Oui, certainement, pour saisir le petit côté insoumis, indépendant, de leur association qui a démarré professionnellement en 2004, alors qu’ils savaient déjà depuis un moment qu’ils pouvaient travailler ensemble, parce qu’ils étaient complémentaires et qu’ils se respectaient aussi sans pour autant jamais se ménager l’un l’autre.


Check Morris © Louise Ernandez

Une affiche de film alors, pour la ressortie en salles du très culte Wanda réalisé en 1971 par Barbara Loden, actrice et dernière femme d’Elia Kazan, puis, l’année suivante, une pochette pour le premier album de la débutante Lily Allen impose leur style, pas du genre figé. « Le fait de travailler à deux nous évite d’être cantonnés à une identité trop marquée. Quand on réfléchit sur un projet, il y en a un au final qui finit par faire mouche, mais on attend toujours avec impatience la réaction de l’autre. Comme dans une histoire d’amour, on essaie de se séduire en permanence, et puis on se fait confiance quand il s’agit de faire évoluer une idée qui n’est pas la sienne à l’origine. Mais à l’arrivée, une image qui sort avec le tampon « Check Morris » est forcément validée par nous deux ».

Ce qui les fédère ? « Tout ce qui est underground, les choses qui ont été faites dans le passé, pour ne pas dire vintage », qu’ils réactualisent et infusent de leurs influences respectives ; la peinture et la littérature pour Mathias, le cinéma et la musique pour Nico. Si le premier a quitté Paris il y a des années pour s’installer dans le sud de la France, tandis que le second reste indéfectiblement attaché à son 18è arrondissement où il stocke des quantités de vinyles et bosse sur ses projets discographiques pour le label Antinote qu’il a cofondé, les deux restent en relation constante, « parfois connectés des heures sur Skype, sans rien se dire pour autant ». Discrets, indépendants, et de plus en plus exigeants pour sélectionner les projets qui leur plaisent, les Check Morris multiplient les créations, avec une prédilection pour la musique et le ciné, comme dernièrement l’affiche du film Ava de Léa Mysius, présenté dans le cadre de la Semaine de la critique à Cannes, mais en bons dingues de la typo qu’ils sont, aiment à regarder aussi du côté de l’édition.  « On est du genre à soigner des détails que personne ne va voir. On est des orfèvres en décalage, par rapport à l’époque s’entend ». Une vision des choses qui détone heureusement. 

welovegreen.fr