CW Stoneking : quelques notes de blues au Divan du monde

Le guitariste, banjoïste et chanteur CW Stoneking, avec son look de vagabond à bretelles, son haut de marin blanc et ses guêtres, nous vient de très loin, à la fois géographiquement puisqu’il est australien, et temporellement car sa musique nous fait remonter aux années 1920 et 1930.

Né en 1974 à Katherine (Territoires du Nord), d’origine américaine, il a grandi dans une communauté aborigène, avant d’apprendre la guitare et de débuter à l’âge de treize ans. Quelques années plus tard, il forme son propre groupe, concoctant un étrange mélange de blues et de boogaloo, de vaudou et de brass band.

Doté d’une voix étranglée, porté par une ferveur évangélique, Stoneking se révèle en France avec Jungle Blues (2008), une magnifique œuvre gorgée de cuivres et de lyrisme. Il aura fallu attendre un peu pour entendre son nouvel album, Goin’ Boogaloo (sorti cette année), enregistré à Victoria (Australie) en deux jours, dans une pièce, fidèle à cette spontanéité qui marque son travail. Il a troqué le banjo contre une guitare électrique et des chœurs, et s’est orienté vers le rock, un rock bien sûr hors d’âge. « Etes-vous prêt ? J’ai une nouvelle danse pour vous ! », chante-t-il dans The Zombie, comme s’il découvrait l’Amérique !