Cyril Mokaiesh et Giovanni Mirabassi

« Écoutez-moi ! » C’est le cri que lance l’un des chanteurs les plus prometteurs d’aujourd’hui, Cyril Mokaiesh. Nous le connaissons depuis qu’il a créé le très lyrique « Communiste » (2011), tout droit issu de cette époque où la chanson française ouvrait grand les fenêtres, possédait beaucoup d’ampleur et de lyrisme. Ce titre n’avait rien d’une profession de foi politique, mais nous reportait à cette littérature musicale des années 1950/60, porté par un texte fort et une utopie vaine certes, mais sacrément entraînante.

Mokaiesh, ancien champion de tennis, vintage et moderne à la fois, doté d’une articulation précise, combine Léo Ferré et Jacques Brel, ressuscite aussi les “naufragés” de la chanson, pour reprendre le titre de son nouvel album, enregistré avec le pianiste de jazz italien, Giovanni Mirabassi. Il rend ainsi hommage à des artistes comme Allain Leprest, Mano Solo, Pierre Vassiliu, ou Bernard Dimey, sans oublier Daniel Darc. Mokaiesh le reconnaît bien volontiers. Il a trente ans et n’ignore pas que son intérêt pour le style ancien intrigue. Une curiosité dont il profite avec talent, sur les notes lumineuse de son magnifique accompagnateur.