Disquaire Day

Après la chasse aux œufs vient la chasse aux disques vinyle. Depuis cinq ans, inspirée par les États-Unis, la France célèbre le Disquaire Day. Soit le jour des disquaires indépendants.

Pour l’occasion, ces derniers proposent cette année trois cent soixante vinyles inédits et éditions limitées. A noter qu’en 2015, le format vinyle représenterait plus de 80 % du chiffre d’affaires des disquaires indépendants.

Des magasins spécialisés dont le nombre croît de façon régulière : on recence en France dix nouvelles adresses par an. Quoi de beau à mettre sur la platine ? Chaque année, la liste s’allonge. On relève des inédits, des raretés, des rééditions : Animal Collective, Bert Jansch, Brian Eno, sept disques de Springsteen, deux Bowie introuvables à la Cité de la musique, un duo Daughter/Warpaint, deux albums des Dogs, un 45t de Feu ! Chatterton, Grizzly Bear, un concert récent de Murat & The Delano Orchestra (cinq titres), Marvin Gaye, Pulp, Stooges live at Ungano’s, Syd Barett/REM, quatre démos de The Waterboys précédant l’album de 2015, trois rencontres initiées par l’Adami, faisant chacun l’objet d’une Session Unik, enregistrée avec France Inter (Nosfell et Jeanne Added, Claire Diterzi et Melissa Laveaux, Moriarty et Irshad et Nishad Ali Kawa), etc.

L’objet vinyle plaît de nouveau. Voilà qu’on trouve que la pochette carton a un charme fou. Et le son du vinyle lui-même, plus chaud, plus large, plus « c’était mieux avant »… Mais l’ingénieur du son averti nous met en garde : un vinyle neuf pressé à partir d’un master numérique n’a pas la valeur auditive du disque analogique d’autrefois ! On y regardera donc à deux fois avant de céder au frisson de la pièce collector. Ce jour, l’événement en magasins donne aussi lieu à des concerts. Et mille cinq cents passeports offerts par les disquaires permettant l’accès aux seize concerts parisiens. Dont Rivière Noire au Café de la danse, Citizens! à la Gaité-Lyrique, Mustang aux Trois Baudets, les vingt ans du label Prohibited Records (NLF3, Heliogable, Quentin Rollet) à Petit Bain, Antony Guts et Sly Johnson (entre autres) au Studio de l’Ermitage, de nombreux live en accès libre au Point Ephémère… Ou encore l’illustre Joseph Gibert (6e) qui, lui aussi, joue le jeu de la gratuité et du programme alléchant : Black Strobe (14 h 30) ; Twin Arrows (15 h 30) ; The Last Embrace (16 h 30) ; JB Moonshiner (17 h 30) ; Les Olivensteins (18 h 30).

Le Vinyle Club

Ce jeune site propose à ses abonnés de recevoir chaque mois un vinyle incontournable du XXe siècle et un autre, parmi les meilleurs de ces quinze dernières années. Pour les amateurs de (bonnes) surprises.

www.levinyleclub.com. 33€ par mois. Deux formules d’abonnement d’un an, avec une platine offerte ou un mois gratuit. Le Vinyle Club sera présent place de la République, au Village, lors du Disquaire Day, le 18 avril.