Emiliana Torrini & The Colorist

Après un moment d’attente, la captivante Emiliana Torrini fait peau neuve avec The Colorist.

On sait qu’elle revient comme le printemps, et ce même si certains hivers peuvent paraître plus longs. Emiliana Torrini a toujours su prendre son temps pour sortir ses albums : six ans séparaient  les sorties de Love In The Time Of Science, qui a pour la première fois exporté sa musique de son Islande natale, du sobre Fisherman’s Woman, son deuxième album paru en 2005 et qui marquait également le début d’une love story avec son label Rough Trade ; cinq années séparaient aussi le très beau Me And Armini (2008) de l’envoûtant Tookah (2013), dernier album solo en date de la chanteuse italo-islandaise. Et c’est peut-être ce qui rend sa carrière si fascinante : lucide, patiente, Emiliana Torrini semble avoir toujours été portée par une sérénité artistique qui la rend imperméable à toute pression extérieure, comme si elle était insoumise à tout sentiment d’urgence. Une vertu qui la rend d’autant plus captivante, et qui la pousse en plus de cela vers des choix de collaborations extrêmement précis et judicieux, à l’instar du producteur Kid Koala, à qui elle prête sa voix sur son nouvel album, ou de The Colorist Orchestra, duo belge qui, dans un album live commun, est parvenu à magnifier le songwriting de la chanteuse dans des arrangements plus classiques, en réimaginant ses propres titres, en leur donnant une seconde vie dans de nouveaux décors et atmosphères laissant plus de place aux cordes. C’est à cette occasion et en la compagnie de Kobe Proesmans et d’Ariel Jespers (The Colorist) qu’elle se produira sur la scène du Bataclan.

Au Bataclan, le 22 février à 19h30 , 50 Boulevard Voltaire, 75011, Paris.  M°5 Oberkampf ou Richard Lenoir. Places : 25 à 38 euros selon placement.