Festival Dream Nation 2018 : la sélection d’A Nous Paris

Une cinquantaine d’artistes au compteur, trois lieux (Petit Bain, les Docks de Paris et La Plage du Glazart) et quatre champs d’exploration musicale (techno, trance, bass music et hard beat). Pour son édition 2018 qui se déroulera du 21 au 23 septembre à Paris, le festival Dream Nation a clairement décidé de faire dans le gigantisme. Pour éviter de vous perdre en circonvolutions, A Nous Paris vous propose son top 5 des DJ sets et live acts à ne pas manquer.

 

 

Mandragora


Le vendredi 21 septembre au Petit Bain pour l’ouverture du festival

Originaire du Mexique, Mandragora doit son sobriquet à une petite plante herbacée aux vertus hallucinogènes qui pousse aux alentours de la Méditerranée. Un pseudonyme qui lui sied à ravir tant le DJ-producteur prend un malin plaisir à proposer une transe hautement psychédélique dans laquelle se diffuse ses nombreuses influences (acid, dub, goa, house progressive…). Bref, une musique qui, à défaut d’être finaude et très élaborée, dégage une énergie qui rassemble.

 

LSD


Le samedi 22 septembre aux Docks de Paris lors du Main Event, sur le stage Techno

De psychotrope, il en sera également question avec LSD, la redoutable association de Luke Slater, Function et Steve Bicknell. Pourquoi redoutable ? Parce que LSD permet à ces trois tauliers de mettre en commun leur science des dancefloors au service d’une musique aussi lourde qu’aérienne, aussi glaciale que brûlante. Un véritable hymne à la déflagration donc, que les habitués du label Ostgut Ton n’ont pas manqué d’apprécier avec l’EP Process sorti en 2017, doté de trois titres techno imparables et déjà considérables comme des classiques du genre.

 

Rusko


Le samedi 22 septembre aux Docks de Paris lors du Main Event, sur le stage Bass Music

Si le nom de Rusko ne vous dit rien, c’est que vous étiez trop jeune ou tout simplement dans le coma au moment de l’explosion de la scène dubstep anglaise en plein milieu des années 2000. Plus salasse et « mainstream friendly » que l’énigmatique Burial, le DJ-producteur originaire de Leeds avait alors remis à la mode la profusion de grosses lignes basses bien nerveuses et crasseuses dans les clubs aux côtés des Benga, Caspa, Skream et consorts. Toujours actif bien que moins pertinent dans ses productions, l’auteur du mémorable Woo Boost viendra donc à Dream Nation pour titiller les nostalgiques de cette période où le dubstep se voulait encore fréquentable, moins caricatural et emprunté par la lourdeur de l’EDM.

 

Angerfist


Le samedi 22 septembre aux Docks de Paris lors du Main Event, sur le stage Hard Beat

Avec son look à mi-chemin entre celui d’un tueur sorti d’un slasher movie des 80’s et celui d’un fan de Slipknot sans le sou, Danny Masseling dit Angerfist est rapidement devenu l’une des figures les plus reconnaissables des scènes hardcore et gabber. Là où le Néerlandais se produit, il ne faut évidemment pas s’attendre à de douces caresses et autres papouilles gentillettes : le bonhomme verse délibérément dans la violence sonore et mise tout sur l’adrénaline. De quoi ravir les initiés et ceux pour qui électro rime d’abord avec pogo.

 

Inigo Kennedy


Le dimanche 23 septembre à La Plage du Glazart pour la soirée de clôture

De la techno bien acid et industrielle pendant 15 heures non-stop. Tel est le programme du dernier événement du Dream Nation organisé avec Drøm – Ørigin, collectif créé par LGML et déjà bien connu des noctambules parisiens. Parmi les artificiers sélectionnés pour cette ultime fête se trouve Inigo Kennedy, un vétéran de la scène UK qui, depuis deux décennies maintenant, régale les amateurs de sons adipeux. Aussi bien capable de sonder votre âme que de déchaîner vos gambettes, le DJ-producteur aura à cœur de faire à nouveau sienne la devise d’un célèbre fabricant de pneus : sans maîtrise, la puissance n’est rien.

 

Dream Nation 2018, du 21 et 23 septembre 2018
Plus d’informations sur l’event Facebook du festival
Retrouvez la sélection musicale du festival ici

Dream Nation
© DR
Dream Nation
© DR
Affiche Dream Nation
© DR