MaMA Festival : tout ce qu’il faut savoir sur la 9ème édition

Rendez-vous incontournable de la rentrée pour les professionnels de la filière musicale, le Marché des Musiques Actuelles (MaMA) investira à l’occasion de sa 9e édition à nouveau salles de concert connues et lieux atypiques de Pigalle, pour 3 jours de conférences et de concerts rassemblant un public toujours plus nombreux autour d’une riche programmation.

 

Des conférences pour les professionnels du secteur de la musique

Pour les milliers de professionnels présents, le MaMA est avant tout le plus grand rassemblement français de la filière musicale, leur permettant de participer à des conférences autour de sujets phares de cette industrie. On retiendra en particulier cette année le débat consacré à la part des femmes sur les scènes de musiques actuelles en France – ridiculement basse par rapport à certains de nos voisins européens – intitulé Que faire pour voir et entendre plus de femmes sur scène ?  Après le constat, place donc aux solutions, d’autant plus que le MaMA vient de signer la fameuse charte Keychange (dont il a déjà été question ici) en faveur de l’équité entre les femmes et les hommes. Le festival s’engage ainsi à ce que sa programmation artistique et les panels de ses conférences soient composés d’au moins 50% de femmes d’ici à 2022.

Seront également abordées les mutations autour du streaming, la musique en tant que vecteur de développement des territoires, la signification du Brexit pour l’industrie musicale européenne ou encore la musique urbaine à l’assaut du monde, avec un coup de cœur particulier pour la keynote exceptionnelle d’Eric Serra.

 

Nouveautés et promotion de l’émergence

Le MaMA version 2018 c’est également un focus Japon, la découverte d’un nouveau lieu – le Phono Museum – et la reconduction de showcases « partenaires » ainsi que du prix Avant-Garde.

Avec pour objectif de créer des échanges entre les professionnels des industries musicales japonaise, française et européenne, plusieurs sociétés et artistes japonais seront en effet pour la première fois présents au festival, afin de permettre de mieux appréhender ce marché, ses spécificités et enjeux. Le MaMA investit par ailleurs pour la première fois le Phono Museum, le musée parisien du son qui retrace 140 ans d’histoire de l’enregistrement en présentant l’évolution des technologies successives. L’opération FRENCH VIP (Vanguard of Independent Publishers), qui accompagne et valorise pendant une année civile le travail de jeunes éditeurs indépendants, est quant à elle reconduite avec les showcases de You said Strange (Hold On Music), Temenik Electric (Musigamy) et Alex Grenier (Anteprima), à l’instar du prix Avant-Garde, qui met en avant et soutient l’export de nouveaux artistes français, dont Clara Luciani (2017), Killason (2017), La Fine Equipe (2016), DBFC (2016) ou encore Inna Modja (2015).

 

Une programmation musicale pointue et éclectique

Mais le MaMA, c’est avant tout pour le grand public l’occasion d’assister dans les salles de concerts (et autres lieux plus inhabituels) de Pigalle à des live exceptionnels, pour découvrir de futurs grands et (re)voir des artistes confirmés.

Petite sélection non exhaustive parmi les dizaines de concerts proposés :

Mercredi 17 octobre

L’Ordre du Périph (hip-hop) et Apollo Noir (électro) à la Boule Noire pour la soirée Inouïs ! du Printemps de Bourges, Altin Gün (rock psyché turc), Léonie Pernet (électro-pop-rock)  et MNNQNS (indie-rock) au Backstage by The Mill, Contrefaçon (électro/VJing) à la Machine du Moulin Rouge, Born idiot (indie pop) au Carmen et Sean Riley (folk) au Phono Museum.

Jeudi 18 octobre

Camp Claude (pop), Silly Boy Blue (new wave/glam rock) et Blu Samu (hip-hop/RnB) au Backstage By The Mill, Too Many T’s (hip-hop) au Folie’s Pigalle, Irène Drésel (électro), Arnaud Rebotini (électro) et Boris Brejcha (minimal tech) à la Machine du Moulin Rouge, House Gospel Choir (comme son nom l’indique) à la Cigale et Martin Kohlstedt (piano/electronica) aux Trois Baudets.

Vendredi 19 octobre

Gaël Faye (chanson française/slam) et Oxmo Puccino + Mr Viktor (hip-hop) à la Cigale, Desprès (électro-pop) à la Machine du Moulin Rouge, Miel de Montagne (pop) aux Trois Baudets, One Sentence Supervisor (krautrock) feat. Bahur Ghazi et Coco Bans à la Boule Noire.

Infos & Billets