Le Japan Connection Festival revient à La Gaîté Lyrique, les 3 et 4 avril 2020

Vous rêvez de voyager au pays du Soleil Levant, mais votre compte en banque n’est pas au top de sa forme ? Le Japan Connection Festival revient heureusement à la Gaîté Lyrique les vendredi 3 et samedi 4 avril 2020 pour une nouvelle édition qui vous permettra, à défaut de séjourner physiquement à Tokyo ou Osaka, de vous évader à moindre frais avec une belle sélection d’artistes nippons ou friands du Japon. A Nous Paris vous dévoile la programmation, principalement axée cette année sur les musiques électroniques et les arts numériques. 行こう !

Japan Connection Festival 2020

Focus sur le futur

Ambient, techno, électro, house, hip-hop, downtempo, acid… Loin des yeux, mais toujours près du cœur (et des esgourdes) des mélomanes du monde entier, la scène musicale japonaise est depuis longtemps un puissant terrain de jeu pour les expérimentations sonores, la fabrication de morceaux hybrides et la production de tracks redoutables sur le dancefloor. De Chiba à Tokyo, de Hokkaido à Sapporo, des premiers élans du Yellow Magic Orchestra aux beats aériens Nujabes, de DJ Krush à Ken Ishii, les artistes de l’archipel asiatique ne manquent pas de talent ni de diversité et font clairement partie de ces créateurs capables de faire avancer la musique vers un autre imaginaire entre clins d’œil au passé et visions futuristes. C’est ce qui a d’ailleurs poussé l’équipe de Make It Deep à l’origine de l’événement à repenser le format de cette nouvelle édition, comme l’explique Simon Hamel, cofondateur du crew en charge de la direction artistique : « L’an dernier, le festival était sur quelque-chose de beaucoup plus organique, d’assez politique et très « chaud » sur les sonorités, avec pas mal d’éléments acoustiques. Cette année, nous voulions proposer une programmation différente, beaucoup plus liée à cette sorte de fascination pour le futur que l’on peut trouver au Japon, avec une esthétique bien plus marquée par l’électronique et une plus forte présence des arts numériques. La programmation est aussi bien dédiée à la musique électronique qu’aux arts numériques, avec pas mal de projets audiovisuels et des lives musicaux accompagnés par des performances. »

Un aperçu de l'édition 2019 du Japan Connection Festival © LeVietPhotography
Un aperçu de l’édition 2019 © LeVietPhotography
Un aperçu de l'édition 2019 du Japan Connection Festival © LeVietPhotography
Un aperçu de l’édition 2019 © LeVietPhotography

Kuniyuki Takahashi et Hugo LX en parrains

Pour la musique, Make It Deep a pu compter sur sa propre vista comme sur les conseils avisés du magicien électronique Kuniyuki Takahashi et du DJ-producteur français longtemps tokyoïte Hugo LX, parrains du festival pour la seconde année consécutive. Fidèle du rendez-vous, le premier cité sera d’ailleurs le seul artiste de l’événement à se produire chaque soir : lors de la soirée inaugurale pour un live jazzy et afro à quatre mains inédit aux côtés de Henrik Schwarz, maestro allemand de la deep house et pilier du label Innervisions, puis le lendemain, pour une prestation plus minimale et mentale aux côtés de son compatriote et figure majeure de la culture house et techno, Satoshi Tomiie. « La première mondiale du live de Kuniyuki et Schwarz risque d’être extraordinaire, se réjouit d’ailleurs Simon. La réunion de ces deux légendes pour un live de deux heures, c’est quelque-chose que j’attends beaucoup ! » Un événement d’autant plus attendu qu’il sera accompagné par la peinture vivante d’Akiko Nakayama, déjà présente l’an dernier.

Quant à Hugo LX, il aura droit à un back to back épique en ouverture du festival qui le verra échanger pépite sur pépite avec DJ Nori, soit l’un des meilleures platinistes nippons ayant fait ses armes à New York aux côtés des plus grands (Larry Levan en tête) dans les années 1980. Mais ces belles associations ne seront pas les seuls grands moments musicaux du festival : il faudra aussi compter sur les rituels de la prêtresse techno Akiko Kiyama (qui occupera par deux fois la scène de la Gaîté Lyrique le samedi 4 avril – en journée pour son live techno sous son pseudo Aalko et le soir pour une autre variante sous son vrai nom), le live planant et trituré de Daisuke Tanabe (samedi 4 avril), celui majestueux et intense de Hiroshi Watanabe (samedi 4 avril) et la présence de DJ Masda, patron du label Cabaret Recordings et digger émérite.

L’underground japonais à l’honneur

« Cela fait un moment qu’on espérait pouvoir faire venir DJ Masda. Ce sera chose faite ce samedi 4 avril et nous sommes très heureux : on a hâte de le voir jouer ! », souligne Simon, qui passera également derrière les platines avec le Make It Deep Soundsystem le samedi après-midi. Pour lui, ce line-up reflète parfaitement l’ambiance underground actuelle du Japon. « Il y a peu près cinq mois de travail sur cette programmation, entre la gestation et les négociations. Ce qui a été décisif, c’est notre voyage à Tokyo au mois de novembre 2019 – nous étions invités à jouer à l’Unit. Cela nous a permis de voir jouer pas mal d’artistes sur place et de les rencontrer, ce qui est toujours plus simple pour parler de notre projet. Ce premier voyage au Japon nous a aussi permis de nous imprégner de ce qui se faisait aujourd’hui dans la scène des musiques underground, en particulier la scène tokyoïte, pour essayer d’en donner une approche à la Gaîté Lyrique. »

Du côté des performances artistiques, là encore, le spectacle risque d’être sacrément appréciable, avec plusieurs hallucinations visuelles prévues le samedi 4 avril en journée comme en soirée, dont l’aventure hypnotique d’Intercity-Express (déjà aperçu au festival précurseur Mutek de Montréal) et la poésie matrixienne d’un certain Hiroaki Umeda. « La venue de Hiroaki Umeda est sûrement notre plus grosse réussite sur cette édition, confie Simon. Il faut savoir que, sur cet aspect arts numériques, nous avons travaillé en collaboration avec une curatrice, Chloé Magdelaine, auparavant passée par la Gaîté Lyrique. Elle nous a beaucoup accompagnés sur ce volet de la programmation et c’est elle qui a trouvé Hiroaki Umeda, un artiste numérique qui danse au sein des installations immersives qu’il développe. Cela donne un résultat vraiment extraordinaire et j’attends beaucoup sa performance. » Et comme cela ne suffisait pas, la Gaîté Lyrique proposera également un village consacré à la culture japonaise en parallèle, le vendredi 3 avril et toute la journée du samedi 4 avril. Un argument de plus pour un voyage terriblement excitant.

Le Japan Connection Festival 2020 en bref :

Soirée du vendredi 3 avril :

Hugo LX b2b DJ Nori, Henrik Schwarz & Kuniyuki Takahashi (live) x Akiko Nakayama (arts numériques)

Samedi 4 avril :

En journée – Aalko (live), Nonotak (arts numériques), Make It Deep Soundsystem, Hiroaki Umeda (arts numériques)

En soirée – DJ Masda, Hiroshi Watanabe (live), Daisuka Tanabe (live), Akiko Kiyama (live), Satoshi Tomiie & Kuniyuki Takahashi (live), Intercity-Express (live A/V), OYÉ (VJing)