Ginger Baker Jazz Confusion

Nous parlons d’une époque où les grands batteurs étaient rois, avant les modes du disco, de la new wave, des boîtes à rythmes. Ils s’appelaient Mitch Mitchell (Jimi Hendrix Experience), Keith Moon (Who), John Bonham (Led Zeppelin), et leurs frasques faisaient parler.

L’Anglais Ginger Baker appartenait à cette brillante famille. Il a tenu les baguettes de Cream, un trio de power rock légendaire des années 1960, aux côtés d’Eric Clapton. Puis il a accompagné le Nigérien Fela Kuti, naviguant entre world, rock et jazz. Chaque fois, il a sculpté le son des orchestres dont il était souvent le leader.

Son retour au premier plan avec l’album Why ? a surpris car, il faut bien l’admettre, nous n’attendions plus grand-chose de ce mammouth d’un autre temps. Il a entrainé dans l’aventure l’ancien bras droit de James Brown, le saxophoniste Pee Wee Ellis, et le percussionniste ghanéen Abass Dodoo, pour une œuvre passionnante, ranimant le belles flammes de Coltrane et de Sonny Rollins dont il reprend l’un de ses plus fameux thèmes, St Thomas. On retrouve ce qui a toujours plu à cet artiste, la confrontation du jazz et de l’Afrique, un swing bien chaud. Il nous promet une superbe soirée dans le cadre du festival All Stars du New Morning.