Gustavo Gimeno et l’Orchestre national

Pour son concert de fin de saison, l’Orchestre National de France a opté un programme tonique et ensoleillé. Des qualificatifs qui valent aussi pour définir l’art de Gustavo Gimeno, vraie révélation de ces dernières années.

Percussionniste à l’origine, l’artiste espagnol s’est mis à la direction, encouragé par d’illustres aînés, tel Mariss Jansons. Directeur musical de l’Orchestre du Luxembourg depuis 2015, Gimeno va de succès en succès, possédant tout à la fois le « bras », la musicalité et le charisme qui font les grands maestros. L’heure est au plaisir pour sa venue à Radio France. La jaillissante ouverture de la Pie voleuse de Rossini ouvre la fête et l’on reste ensuite en Italie avec Nino Rota dont les danses écrites pour le Guépard de Visconti côtoient l’étonnant Concerto pour contrebasse, sous l’archet de Maria Chirokoliyska. Gimeno met le cap sur les Amériques en seconde partie : le Mexique d’abord, représenté par Silvestre Revueltas (1899-1940) et son poème symphonique Sensemayá, pièce foisonnante de rythmes et de couleurs. La conclusion revient aux Etats-Unis et à Gershwin (Catfish Row, suite de Porgy and Bess). Pur régal en perspective.

Concert le 6 juillet, à 20h. Auditorium de Radio France, 116 avenue du Président Kennedy, 16e. M° La Muette. Tél. 01 56 40 15 16. Places de 10 à 65 €