Hamid Drake/Bernard Lubat/Michel Portal

A priori, Michel Portal et Bernard Lubat vivent dans des familles différentes du jazz. Le premier, saxophoniste, bandonéoniste, qui a dépassé les 80 ans, s’est fait connaître en jouant une musique contemporaine, aux frontières du jazz, parfois avant-gardiste, dont l’importance reste à évaluer.

Cet « agent double » a toute sa vie sauté de l’improvisation à des interprétations de classiques, de Mozart à Stockhausen. Le deuxième s’adonne à la fête permanente, mêlant swing, chanson, fanfare, littérature. Nous l’avons beaucoup aimé en batteur dans le chef d’œuvre de Stan Getz, Dynasty (1971), mais aussi en pianiste, chef d’orchestre, directeur de festival d’Uzeste, accompagnateur de Claude Nougaro. En vérité, cela fait déjà un certain temps que Michel Portal et Bernard Lubat se côtoient. Ils associent même à leurs conversations libres un magnifique troisième musicien, auteur lui aussi d’une œuvre considérable. Le batteur nomade Hamid Drake, originaire de Louisiane, né en 1955, a voyagé à travers le free, joué avec des noms prestigieux, de Don Cherry à Herbie Hancock. Trois géants à la hauteur d’un festival qui occupe désormais une place centrale dans le paysage.