Interview : rencontre avec Bagarre avant leur concert à l’Olympia

Pour son premier concert à l’Olympia, Bagarre a soigné le fond et la forme. Le moins que l’un puisse dire est que le talentueux collectif a surchauffé le public de la salle parisienne. Rencontre avec le groupe juste avant son entrée en scène.

La fin d’une tournée explosive

Bagarre à l'0lympia, 29 novembre 2019
Bagarre, concert à l’Olympia, 29 novembre 2019 @ineskarma

 

Ils attendaient ce final, le préparaient avec soin. Après des mois de tournée et consacrés à la sortie du nouvel EP 2019-2019, les cinq membres de Bagarre ont bouclé l’année en beauté, à l’Olympia, le 29 novembre. Leur premier concert dans la salle parisienne. Face à une salle à bloc, Mus, Emmaï Dee, Master Clap, La Bête et Majnoun ont donné corps à leurs titres de façon explosive. Engagé, enragé parfois, mais toujours bienveillant, le collectif a offert un show à son image : éclectique et inclassable.  De prises de parole en pogo, de remerciements à l’entourage, aux guests invités sur scène (les collectifs Acceptess et Gang Reine), l’émotion était bien présente pour les cinq loups et leur public qui scandait à intervalle régulier « Nous sommes Bagarre ». L’hymne d’une génération.

Avant cette expérience mémorable, nous avons échangé quelques mots avec les membres du groupe.

Que retenez-vous de votre tournée 2019 ?

Majnoun : Entre la première date à Strasbourg en début d’année et cette date à l’Olympia, on a énormément grandi. On s’est adapté aux lieux, que ce soit Alençon devant 100 personnes ou des milliers à Rock en Seine.
La Bête : On a tourné dans des petites salles comme dans de gros festivals. Donc nos morceaux ont vécu des scènes différentes avec des publics différents. Ça forge de découvrir son public. Et on est fiers de lui ! Ce qui est fou, c’est qu’il est plus cool que nous !
Majnoun : Il est encore plus libre !
La Bête : On prône des choses qu’on aurait aimé avoir dans nos vies. Un peu comme des fantasmes. Et on constate que notre public le vit déjà. Il est moderne, jeune, avec toutes ces idées-là en lui. C’est très beau à voir devant soi.

Ce sont les messages de l’album 2019-2019 écrit en tournée ?

La Bête : Oui, ce sont toutes les idées de notre époque. C’est un rapport aux gens, aux identités sexuelles… Ils ont dépassé plein de choses culturellement. Notre public est plus respectueux des femmes, des questions de genre, il est plus sensible à l’écologie.
Majnoun : On avait envie de sortir quelque chose autour de ça rapidement. On s’est dit : on écrit, on enregistre, on sort. On a choisi d’aller vite parce que c’est morceaux-là, ce sont des morceaux du présent.
La Bête : On est fiers de s’être fait confiance pour ce disque. L’idée était : c’est ça qu’on a envie de dire et on a envie de le dire maintenant. Pourquoi pas le faire ? Pourquoi attendre ? Sortons-le.

Comment vous avez abordé ce concert à l’Olympia ?

Majnoun : Il ne fallait pas que ce soit une date au milieu de la tournée et on avait envie de faire de nouveaux morceaux. Donc la date initiale a été décalée pour ne pas bloquer le processus créatif.
La Bête : Il y a le calendrier de la tournée et le calendrier de la création. Et il faut éviter qu’il se marche dessus.
Master Clap : Ça a aussi laissé le temps de préparer un très gros show, avec ces nouveaux morceaux justement.
Majnoun : On a envie d’accaparer l’Olympia, de s’approprier le lieu. C’est une salle qu’on dit mythique, mais aussi ancrée dans le passé. Ce soir, on a envie d’en faire – avec nos invités – un lieu de vie présent, de modernité. Avec la banderole à l’entrée qui dit « Le Club, c’est vous », c’est une façon de dire c’est votre endroit.

Et après, il se passe quoi pour Bagarre ?

Master Clap : Le lendemain, on mixe à la Parole errante, un lieu alternatif à Montreuil. C’est en soutien à la cantine des Pyrénées qui vient en aide aux migrants et aux SDF et qui fait des permanences juridiques. On ne saurait pas être seuls, en mode baby blues. C’est bien pour ré-atterrir, remettre les pieds sur terre de la meilleure manière.
La Bête : On va être avec nos potes, ça va être drôle. Pour la suite, on sait qu’on a envie de créer et qu’on ne s’arrêtera pas là. Pour l’instant, on est sur le temps présent. C’est bien de ne pas toujours courir après ce qu’il y a devant. On veut vivre à fond l’Olympia, pour profiter et en faire profiter.

 

Bagarre – Album 2019-2019 (label Entreprise)