Kenny Garrett à la Philharmonie

« J’ai su tout de suite que c’était un grand jeune musicien ». Le saxophoniste Kenny Garrett est resté ce “grand jeune musicien” dont parle Miles Davis dans ses mémoires.

À l’époque (fin des années 1980), il revendique déjà un joli palmarès, un passage chez Art Blakey avant de s’illustrer, pendant cinq ans, au sein de la prestigieuse formation de Miles Davis, belle école du jazz moderne. Les prestigieux chefs d’orchestre apprécient ce que Miles définit par « un vrai style personnel ». On le dit héritier de John Coltrane, dont il partage un certain goût pour le mysticisme, mais capable aussi de proposer une vision moderne, entre le hard bop et les influences funky, avec un regard tourné vers l’Asie, sans oublier la pop (il a joué avec Sting). Il aussi intégré des éléments de musique classique, n’hésitant pas à surprendre son public. L’ambiance très louangeuse autour de lui n’aura pas inhibé l’artiste né en 1960 à Detroit (Michigan), qui a poursuivi sa carrière comme tous les jazzmen, à la fois dans le prestige et un peu trop éloigné de la lumière médiatique. Dans le cadre luxueux de la Philharmonie de Paris, à la tête de son quintet, avec piano, contrebasse, piano, batterie, il jouera ses propres compositions.

www.philharmoniedeparis.fr