Keren Ann

Elle était considérée comme l’une des personnalités de la pop françaises les plus talentueuses. C’était en 2000 et elle venait de composer, avec un autre espoir, Benjamin Biolay, le très tendre Jardin d’Hiver pour Henri Salvador.

Elle était considérée comme l’une des personnalités de la pop françaises les plus talentueuses. C’était en 2000 et elle venait de composer, avec un autre espoir, Benjamin Biolay, le très tendre Jardin d’Hiver pour Henri Salvador. Depuis, elle a choisi une voie originale, celle d’une globe-trotter prête à toutes les aventures. Il faut dire que son pedigree la portait vers le voyage : née en Israël, d’origine néerlandaise, d’expression française, elle ne pouvait tracer une ligne complètement droite, entre New York, Paris, Londres, l’Europe du Nord. Son septième album You’re Gonna Get Love (le premier chez Polydor), chanté en anglais, illustre bien un parcours international riche. Cette artiste, qui cite comme référence Bob Dylan et Joni Mitchell, a pris son temps, devenue mère d’une petite fille. Puis elle est retournée en studio, avec un joli bouquet de chansons très intimes. Elle y a investi beaucoup de son temps et de son argent pour concocter, cinq ans après, une œuvre apaisée, soignée, gorgée de cordes et de douces percussions, qui a le goût de miel mais dévoile ses secrets au fil de l’écoute. « Des chansons qui semblent ne jamais toucher terre », a écrit le New York Times. Elle devrait faire décoller L’Olympia cette semaine. 

Olympia. 15 octobre. 20h30. De 44 à 55 €. 28 bd des Capucines, 9è. M° Madeleine. Tel : 08 92 68 33 68.