Kohndo

Lorsqu’à 19 ans, en 1995, il prenait d’assaut le micro sur le premier EP du groupe rap français La Cliqua « Conçu pour durer », Kohndo devait sûrement penser dans un coin de sa tête au caractère prémonitoire de sa démarche

Lorsqu’à 19 ans, en 1995, il prenait d’assaut le micro sur le premier EP du groupe rap français La Cliqua « Conçu pour durer », Kohndo devait sûrement penser dans un coin de sa tête au caractère prémonitoire de sa démarche. Plus de vingt ans depuis ce premier fait d’arme, force est de constater que le MC originaire de Saint-Cloud fait bien plus que tenir la distance. Elevé dans la culture hip hop depuis le biberon, Kohndo est un vétéran de sa scène hexagonale – position qui, à chaque geste, lui donne plus qu’une crédibilité hip hop : une vraie stature artistique. Avec la Cliqua (l’une des plus importantes et influentes formations des 90’s) et en solo depuis presque 20 ans (de ses premiers maxis Jungle Boogie et J’entends les sirènes au début des années 2000 à la sortie au printemps dernier de son septième album studio Intra-Muros ), le MC au flow tranché et pétri d’une poésie urbaine aux éclats sombres est un homme qui cultive avec attention son aura de « gardien du temple » d’une conscience hip hop originelle quasi disparue. Un positionnement qui s’est toujours traduit par un vrai militantisme artistique (ses collaborations avec N.A.P, Koma, IAM et Jay Z pour la B.O. du film Zonzon, Slum Village, Dwele ou encore 20Syl d’Hocus Pocus en attestent). Sur « Intra Muros », Kohndo fait montre de tout son talent de narrateur ; rendant un hommage vicieux au Taxi Driver de Scorsese, endossant le rôle d’un chauffeur de taxi, il nous offre une ballade hallucinée dans la nuit parisienne et les bas-fonds de la psyché humaine le temps d’une traversée de la capitale mémorable. Une toile de fond idéale pour mettre le feu aux planches et sur scène à ses  « poésies brutes » savamment teintées d’instrumentations soul et jazz.