La Corée à Paris : Musique

A l’occasion de l’année de la Corée en France, découvrez des artistes et Dj coréens dans des performances exceptionnelles aux quatre coins de la capitale

Seoul Bam, Soirée Electronic Nations-Corée / 19 septembre

Idiopate (C) DR

Pour sa 17e édition, la Technoparade accueille en tête de cortège un char à l’effigie de la Corée dont la scène électronique est en pleine effervescence. Plateau inédit promis avec les DJ Soolee, Grace Kim et Mushxxx, le tout scénographié par le collectif La Barque. En parallèle, la 3e édition de la Paris Electronic Week, plateforme de networking des acteurs de musiques électroniques en France et à l’étranger, proposera le 24 septembre un focus sur l’Asie « pour mieux comprendre les marchés de la Corée, Chine et Singapour », le DJ Soolee assurant à cette occasion un workshop suivi d’une performance à la Concrete.

 

Le rituel chamanique de Kim Kum-Hwa, au Théâtre de la Ville de Paris (Festival d’Automne) le 20 septembre :

(C) DR

Kim Kum-Hwa, chamane, fut nommée en 1984 « Trésor national vivant » pour avoir préservé plusieurs rituels, parmi lesquels la spectaculaire bénédiction des bateaux de pêche. Entourée de chamanes-assistantes et de musiciens, elle présente à Paris le rituel Mansudaetak-gut où se succèdent séance de purification des lieux, invocation des esprits de la Lune et du Soleil, appel aux esprits des « mal morts » (qui sont morts sans descendance), le jeu du pilon pour une moisson abondante et le rite du hache-paille.

 

Pansori – Ahn Sook-Sun -Nam Sang-Hil – Cho Yong-Su au Théâtre des Bouffes du Nord (Festival d’Automne) le 21 septembre :

Pansori (C) DR

Immanquable, le spectacle de pansori aux Bouffes du Nord devrait marquer les esprits. Nés au début du 18e dans les basses couches de la société, appréciés d’abord des paysans, ces chants populaires, souvent moqueurs et sentimentaux, gagnent leurs lettres de noblesse au XIXè avant de manquer s’éteindre pendant l’occupation japonaise. Considérée comme l’un des maîtres du genre, Ahn Sook-Sun donne ici une version rare du pansori, à deux chanteurs, accompagnés du joueur de soribuk, donnant le rythme et l’encourageant de ses exclamations vocales.