La renaissance de James Vincent McMorrow

Il est dit que James Vincent McMorrow sera l’une des premières têtes d’affiche du nouvel Elysée Montmartre. On le retrouve le 18 octobre pour un concert très attendu.

C’est un musicien comblé qui débarque, habitué à remplir les salles où il se produit. A entendre son œuvre aujourd’hui, on a du mal à imaginer que cet artiste irlandais, né à Dublin en 1983, officia dans des groupes hardcore comme batteur. Mais c’était probablement une autre vie. Depuis, il s’est orienté vers un folk tamisé, joliment orchestré, avec une voix très douce, auquel le public s’est montré sensible. Ses découvertes des créateurs soul de Motown et d’un chanteur suave et tragique (mort mystérieusement en 1979), Donny Hathaway, ont décidé de sa direction artistique. James Vincent McMorrow se situerait aussi dans les parages de Pharrell Williams qu’il apprécie. En 2014, il publiait Post Tropical, avec sa pochette très poétique de flamant rose et de soleil, nous invitant, dans une ambiance plus électro, à parcourir en tongs son univers de plage et de rêve, de poussière rouge et d’or. Deux ans plus tard, l’auteur du planant « If I Had A Boat » nous livre tranquillement son troisième disque, We Move, mu par la volonté de ne pas s’ensabler, mais sans rien renier de son style éthéré. Le joli bateau navigue toujours, sans stress.
 
Elysée Montmartre. 18 octobre. 20h. 28,50 €. 72 Bd Rochechouart (18e). M° Anvers. Tel : 01 44 92 78 00.