La Station dévoile sa programmation estivale

L’été is coming, n’en déplaisent aux giboulées qui persistent, et à La Station, on se tient prêt à l’accueillir de pied ferme. Mai 2019 marque le début de la quatrième saison du lieu underground le plus sincère de tout Paris. Derrière les manettes de la programmation, le collectif Mu a explosé tous les pronostics autour de la survie de ce mi-lieu éphémère, mi-festival permanent.

Lancé en juin 2016 pour six mois, menacé depuis de fermeture toutes les cinq minutes, l’équipe vient d’obtenir l’autorisation de se maintenir dans cette ancienne mine à charbon Porte d’Aubervillers (aujourd’hui propriété de la SNCF),  jusqu’à fin 2022 ! Ne serait-ce que pour fêter les prolongations, on s’y rend dès maintenant pour les festivités printanières et estivales. On vous a sélectionné d’ailleurs quelques idées par-ci par-là pour profiter à fond de cette nouvelle saison en plein air.

19.05 – Le Journalopes festival

station

Ce collectif de six femmes journalistes, pigeant pour Libé, Le Monde Diplo ou encore Causette, organise pour la deuxième année consécutive ce festival dédié au journalisme féministe et indépendant. Spécialistes des questions de société, de sexualités, d’amour et de sexisme, mais aussi de géopolitique et des libertés, les Journalopes écrivent sur ce qui les préoccupent, des avortements clandestins en Pologne aux féminicides en passant par les data Tinder.

Destiné à mettre en lumière leurs façons de travailler et leurs sujets, le festival prévoit un programme aussi passionnant qu’intense. Ce dernier aborde ainsi une grande diversité de thématiques à travers les projections « Halte aux clichés sexistes« , les conférences « De l’importance des droits des femmes en géopolitique : la transversale Poutine-Erdogan« , une courte pièce de théâtre sur Claire Bretécher, une cérémonie de remise de la Pelle et du Râteau d’or, des stands de magazines et d’illustratrices, des écoutes de podcasts (« Quoi de meuf« , « Miroir-Miroir » ainsi que « Les Fesses à l’Air » et « Thelma et Louise » de Radio Campus Paris. Enfin, voire surtout, on fera la fête avec le DJ set « 100% meufs » de Victoire Tuaillon.

Plus d’infos : ici

 

29 et 31.05 – Ideal trouble

station

 

« Une dérive musicale, autour d’une cartographie iconoclaste de la musique à Paris« . Derrière cette description poétique, un festival bien urbain, qui se donne pour mission de glorifier à la fois le rock expérimental, l’électro, la contre-culture et les lieux parisiens et franciliens qui les servent. Dans le genre programmation éclatée on se pose là : le festival se tiendra dans pas moins de cinq lieux (Péripate, Le Zorba…) différents pendant six jours et mettra en avant des artistes belges, français, hollandais, américains et anglais. A La Station, ça se passera les mercredi 29 (du drone avec Scorpion Violente, du synthétique-punk avec les californiens Prettiest Eyes… Mais aussi une nuit spéciale de djs sets « Les Heures Belges« ) et vendredi 31 mai – avec entre autres la troublante italo-erotico-disco du québécois Bernadino Femminielli.

Plus d’infos : ici

 

14.06 – Anniversaire de la Station

station

 

Nous l’avons dit, cette année la Station fête son troisième anniversaire. Comme pour les éditions précédentes, nombreux et prestigieux sont les invités conviés à venir souffler les bougies. Parmi eux, des résidents comme Bryan’s magic tears. Signé chez Born Bad Records, ce super-groupe, formé par des petits bouts d’autres super groupes issus de la scène garage psyché parisienne comme Marietta ou La Secte du Futur, distillera son débraillé mais sublime rock DIY à la nonchalance lo-fi. A leurs côtés du line-up, il y aura les londoniens de The Intergalactic Republic of Kongo et leur électro chatoyante, conviant joyeusement transe Gnawa et booty bass dans un mix délicieusement dansant. Plus loin dans la soirée, des vétérans, comme le bruxellois DJ Pute-Acier, trente ans déjà de platines au compteur, et l’indétrônable Still Eric, nous régaleront de leurs inoubliables DJ sets.

 

11-13.07 – Garage Mu festival

 

Petite sœur de la Station et, comme cette dernière, le Garage Mu fait partie de ces salles qui nous font nous réjouir d’habiter Paris plus que tout. Lové au cœur de la Goutte d’Or, l’endroit défriche et programme depuis 2012 artistes inclassables, expérimentaux, toujours pointus et souvent barrés, via concerts et DJ sets allant du rock cradingue à l’électro bizarroïde, mais aussi conférences et expos.

Pour rendre hommage à cette programmation intrépide et jouissive concoctée par le collectif MU dans ce petit laboratoire musical, une version XXL a vu le jour à la Station : le Garage Mu Festival. Trois jours de concerts, à travers un line-up plutôt rock et cosmopolite. On retient notamment la venue de Triptides et de leur beach-pop punkesque le jeudi 11 juillet, on découvre le post-punk russe avec Утро  et les expérimentations bruitistes de Tomaga (ex-The Oscillation) le vendredi 12, le punk canadien de Metz et la noise psyché du quatuor japonais Bo Ningen le samedi 13.

Samedi 13 également, on ne manque pas la croisière sonore ! A bord d’une péniche remontant le canal du bassin de la Villette jusqu’à la Station, on profite d’une traversée musicale de deux heures en très bonne compagnie : celle de La Récré, duo formé par deux membres de Forever Pavot.

Plus d’infos : ici

 

06.09 – 20 ans de la boutique de disques Born Bad Soirée #2

station

 

Encore un anniversaire à ne pas louper ! Créée par Mark Adolf, disquaire et batteur de Frustration,  Born Bad Recordshop souffle cette année ses quelques 20 bougies. Temple du rock indépendant, célébrant autant la création hexagonale qu’internationale, ce disquaire incontournable distille entre pépites et raretés ses disques new wave, psyché, punk et garage pour le plus grand bonheur des diggers flânant du côté de Bastille. Pour célébrer 20 ans d’engagement underground, Born Bad Recordshop investit la Station et invite évidemment Frustration, figure de proue du label éponyme fondé par Jean-Baptiste Guillot avec la complicité de Mark, et parangon du post-punk tendance garage depuis deux décennies. Les anglais Arndales seront à leurs côtés avec leur post-punk noisy, tout comme les belges d’Ego Guro, qui devant une assistance médusée feront régner une véritable terreur punk. Un line-up qui s’affinera au fil des prochaines semaines !


Plus d’infos : ici


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !