Le podcast du mois : Elan Sauvage, une invitation à enfin prendre le temps

Dans ce monde qui va toujours trop vite, le podcast Élan Sauvage nous invite à nous échapper de notre quotidien bouillonnant pour nous reconnecter à notre propre corps, à l’autre mais aussi à la nature. Une petite bulle où l’espace-temps est dilaté et dont on ressort un peu chamboulé. Et ça fait du bien.

La curiosité n’est pas un vilain défaut

Elan Sauvage podcast
© Elan Sauvage

Qui n’a jamais rêvé de regarder par le petit trou d’une serrure et de saisir sur le vif une conversation des plus intimes ? Dans le podcast Élan Sauvage, la curiosité n’est pas un vilain défaut et le plaisir se fout de la culpabilité. Chaque semaine, Damien Chevalier nous propose de déconnecter un peu des écrans et du virtuel pour se rapprocher de la nature, du palpable, de la matière brute, au détour de discussions intimes et citoyennes qu’il tisse avec son invité·e.

Élan de tendresse vers soi, vers l’autre et vers le vivant : partez à la rencontre de ces libres promeneurs

Au fil d’un passionnant tête à tête, on y découvre les délices du tantra, le magnétisme du massage thaï, la puissance du vipassana, bref, on fait connaissance avec ces pratiques et ces notions qui explorent des « nouvelles façons d’être soi et de faire ensemble ». Ici, la parole d’experts est volontairement absente et laisse place à celle plus authentique d’un chorégraphe qui évoque son rapport au mouvement, d’une maman qui fouille dans ses souvenirs d’enfance, d’une jeune femme qui livre son expérience encore balbutiante du shibari. « Le thème finalement, c’est un peu un prétexte, une porte d’entrée, avoue Damien. Ce qui m’intéresse, c’est la relation particulière que cette personne a noué avec ce thème, le working progress, l’élan, la démarche ».

« Pied de nez à nos sociétés rationnelles, technologiques et patriarcales »

De cette expérience intime, chaque épisode interroge notre rapport au monde, notre individualité et notre société. Et nous rappelle que certaines pistes de réflexion passent par l’émancipation des normes et la mise en danger de notre confort et de nos acquis. En s’intéressant à l’art du bondage, raconté d’un point de vue féminin, ce sont finalement les notions de consentement, de bienveillance, d’écoute et de règles qui y sont discutées. De la même façon que l’expérience du tantra narrée par un jeune homme occidental permet de décortiquer les questions d’injonction à la virilité, la performance, la lenteur. Comme le résume si bien Damien « les réponses sont souvent dans les marges ». Un voyage hors des rails qu’on vous invite à emprunter, aujourd’hui plus que jamais.

Pour écouter le premier épisode sur le tantrisme avec Christopher Haddad, c’est par ici ! 

9 podcasts à écouter pendant le confinement