Les clips du moment : notre sélection hebdo #6

Chaque semaine, retrouvez une sélection des nouveaux clips qui viennent de sortir. Jeunes pousses ou artistes reconnus, du R&B au garage, de la chanson française au nu disco : passage en revue des vidéos les plus marquantes, tous genres confondus !

Cola Boyy – Beige 70

Extrait de son premier EP « Black Boogie », Matthew Urango, aka Cola Boyy,  prend des airs de crooner dans ce clip loufoque mais au message fort. Réalisée par Pablo Padovani (Moodoïd), la vidéo est tournée au Péripate, haut lieu de l’underground parisien, et met en scène des personnages pour la plupart handicapés. A travers une ambiance disco-dancefloor en provenance directe des années 70,  Matthew, lui-même atteint d’une lourde maladie et connu pour son engagement militant, proteste contre le manque de diversité dans les clubs.

 

Forever Pavot – Ça lance

Ce petit bijou d’animation délicieusement absurde accompagne à merveille ce titre psyché-pop drôle et nostalgique, extrait du deuxième album de Forever Pavot « La pantoufle ». Réalisé par Julien Couty, ce dernier s’amuse à dessiner Emile Sornin en lui faisant prendre une kyrielle d’expressions plus ou moins horribles, en le transmutant en banane ou encore en le faisant fondre. Un n’importe quoi de haute volée.

Isaac Delusion — How Much (You Want Her)

Les mecs qui cabrent leur bécane vous ont toujours plongés dans des abimes d’incompréhension et d’indifférence ? Avec ses images splendides et grisantes, ce clip offre un autre regard sur ces cavaliers du bitume.  Entre les cavalcades magnifiques et les scènes d’amitié débordant de tendresse de ces adolescents dont la convoitise passionnelle vient troubler une routine grisâtre,  la vidéo égrène des émotions assez bouleversantes.  Mention spéciale aux jeunes acteurs qui se montrent particulièrement poignants.

Pour ceux qui aiment les clips jolis avec des bécanes, le très beau Little Girl de Spiritualized est pas mal dans le genre.

 

Justice – Heavy Metal

Ambiance spartiate dans le dernier clip de Justice, pour illustrer l’un des titres les plus furieux de leur album live Woman Worldwide. (version hybride de Woman). La marche tonitruante de la fanfare américaine invitée par le duo apporte une véritable décharge émotionnelle à leur musique.  Sur une chorégraphie minutieusement calibrée, les musiciens déguisés en centurions entament une parade conquérante et défilent d’une démarche aussi crispée que leurs expressions, donnant l’impression d’être sous l’emprise d’une magie vaudou.