Les clips les plus marquants du moment

Chaque mois, retrouvez une sélection des meilleurs clips du moment. Jeunes pousses ou artistes reconnus, du R’n’B au garage, de la chanson française au nu disco… Passage en revue des vidéos les plus marquantes, tous genres confondus. 

Woodkid – Goliath

Sept ans se sont écoulés depuis la sortie d’un impressionnant premier album, et la suite s’annonce prometteuse pour Yoann Lemoine alias Woodkid. Comme à son habitude, l’auteur-compositeur dévoile ses talents de clippeur pour accompagner le premier extrait de son prochain album, et « Goliath » se déguste aussi bien en image qu’en musique. À la croisée entre Germinal et Mad Max, cette vidéo  vertigineuse met en scène des ouvriers dans un paysage minier et apocalyptique, désolé et désolant (Loos-en-Gohelle en 2080 ?). Réunissant moyens techniques costauds et mise en scène virtuose, le clip est, sans surprises, somptueux.

Alex100 – Le Love

À l’occasion de la sortie de son tout premier single, le bien nommé Le Love,  Alex100 s’offre un clip qui reflète bien la suavité de sa pop urbaine et passionnelle. Ce montage éloquent à base de juxtapositions et d’extraits de films érudits révèle la cinéphilie et la passion du découpage du réalisateur Marc de Pierrefeu. Mais aussi son talent certain pour mettre la musique en images puisque ce mix de scènes érotiques et romantiques donne vie à une vidéo au moins aussi lascive que le titre qu’elle illustre.

Ricky Hollywood feat Juliette Armanet – Single

Réalisé par Benjamin Nuel, ce clip convoque tendresse et drôlerie et met en scène un duo complice qui chante la solitude. On y suit un Ricky Hollywood qui semble profiter des petits plaisirs de la vie en single, comme se faire des masques d’argile ou enregistrer des pommes de pin, mais également en quête d’un alter égo insaisissable, incarné par Juliette Armanet.

Rone – Ginkgo Biloba

Pour accompagner ce morceau entêtant, extrait de son dernier album, Rone a fait appel à Sarah Al Atassi pour un clip hypnotique et expérimental. À travers d’oppressantes scènes de banquet sylvestre, évoquant autant la Grande Bouffe que le Voyage de Chihiro, la réalisatrice joue sur l’animalité des comédiens et illustre à merveille la portée organique de son électro en confrontant la nature à la bestialité des hommes.

L’Impératrice ♗ FOU

Premier extrait d’un prochain album, ce titre s’inscrit dans la lignée impériale avec ses synthés eighties et ses envolées disco. Une exubérance que l’on retrouve dans un clip haut en couleurs. Réalisée par Edie Blanchard, la vidéo invite des mannequins hors-normes à parader lors d’un défilé excentrique et tourne en dérision à la fois les standards de beauté et le culte de soi.

Michelle Blades – Mota O Perreo

Dans ce clip très psyché réalisé par Emilio Guererro, Michelle Blades s’affiche en mode deux salles deux ambiances. Accompagnés par un mix surprenant de reggaeton et de rock psyché, on passe en effet de la piste de danse étoilée (« Perreo » est un style de danse vigoureuse et sensuelle d’Amérique du Sud), à une scène intimiste et introspective grâce à une transition sans doute inspirée par la « Mota » (cannabis).