Les concerts de la semaine

Du r’n’b/soul au rock en passant par le jazz et le classique…Les concerts parisiens se suivent, mais ne se ressemblent pas.

Cody Chesnutt (R’n’b, neo-soul)

C’est un génie solitaire qui aime se faire discret. Aujourd’hui, Cody Chesnutt semble mieux que jamais mettre à profit ses moments d’introspection avec la parution de son troisième disque studio seulement, le bien-nommé My Love Divine Degree. Un trésor, un baume au cœur et une véritable déclaration d’amour à l’attention d’un monde en souffrance. Un disque à la croisée des genres, où s’entremêlent R’n’B bricolo, reggae minimaliste (« Shine On The Mic »), et l’écho salvateur de rythmiques et machines programmées pour faire soulever les cœurs et les consciences (« I Stay Ready », « Africa The Future »…). Assurément, son concert à Paris sera une vraie ode à l’amour.

Vendredi 20 octobre à partir de 19h30
Café de la Danse
5, passage Louis Philippe, 11e
Places : 23,80 €. 

Weezer (rock)

Weezer est-il un groupe de rock surestimé ?
Songwriting léché, refrains imparables, guitares abrasives mais toujours teintée d’une mélancolie poignante (“Do You Wanna Get High?”) et le phrasé, acide et truculent de Rivers Cuomo qui joue les clowns tristes (sic) sur l’excellent “(Girl We Got A) Good Thing”, The White Album est une vraie réjouissance rock solaire et salvatrice. Une dose de nostalgie, beaucoup d’énergie et le fantôme des Beach Boys invitant à une balade sur la plage. Weezer aurait-il définitivement trouvé la recette du bonheur ?

Jeudi 19 octobre à partir de 19h30
L’Olympia
36, boulevard des Capucines, 9e
Places : 56 €. 

Dianne Reeves (Jazz vocal)

Chaque année, le festival Jazz sur Seine nous invite à de belles balades à travers les clubs parisiens. 25 d’entre eux participent, à Paris et en banlieue, à cette fête qui en est à sa sixième édition. D’ici au 28 octobre, 450 musiciens nous offriront 180 concerts. Il sera évidemment impossible de les citer tous, mais nous pouvons déjà retenir la date du 17 octobre et un lieu, l’Espace Carpeaux de Courbevoie où nous attend l’une des plus splendides voix du jazz, Dianne Reeves. L’artiste a réussi à garder sa ligne pure et un public fidèle sous le charme d’une voix parfaite et d’une chaleur envoûtante. Elle n’a jamais cessé de chanter “Better Days” ou “The Beautiful Life”, s’imposant comme la jazzwoman la plus heureuse et raffinée. On appelle cela l’âge d’or.

Mardi 17 octobre à 20h45
Jazz sur Scène, Espace Carpeaux,
15, bd Aristide-Briand. Courbevoie (92).
Places : 33 €.

Dana Ciocarlie (classique)

Aimez-vous Schumann ? Passionnément répond Dana Ciocarlie, qui signe un superbe coffret de 13 CD (sur le label La Dolce Volta) rassemblant la totalité de la musique pour piano seul du compositeur allemand – un véritable événement discographique car les intégrales Schumann ne sont pas légion.  Unique dans la production de Schumann, il résume le génie de son auteur dans une parfaite alliance de lyrisme et de passion romantique.

Samedi 21 octobre à 20 h
Théâtre des Champs-Élysées, 15, avenue Montaigne, 8e
Places : 5 à 65 €. 

Alexander Paley (classique)

On l’a qualifiée d’“Himalaya du piano” : la Sonate n° 29 op. 106 “Hammerklavier” de Beethoven demeure, près de deux siècles après sa composition, l’un des plus exaltants défis qu’un interprète puisse se lancer, du point de vue technique aussi bien que musical. Fabuleux virtuose, Alexander Paley s’attelle à cet ouvrage hors du commun au cours d’un récital qui lui permet aussi de retrouver le répertoire romantique russe, cher à son cœur, avec les 12 Études op. 8 de Scriabine. Leur brûlante poésie lui va comme un gant !_

Jeudi 19 octobre À 20h30
Salle Gaveau, 45, rue La Boétie, 8e
Places : 22 à 55 €.