Les titres cultes de David Bowie

Le 11 janvier 2016, une figure majeure de la musique contemporaine s’en est allée, après 18 mois de lutte contre le cancer, David Bowie nous laisse avec son œuvre vibrante et infinie.

Une icône du rock britannique

David Bowie est incontournable. Il occupe la scène, la transforme, la révolutionne pendant près de 40 ans de carrière. Cet artiste complet passera sa vie à faire appel à toutes les ressources que l’art et la culture peuvent lui offrir, de la peinture, au théâtre jusqu’au rock, en explosant ainsi totalement la traditionnelle dichotomie entre haute culture et culture populaire. Le grand public l’accueille à bras ouverts. Avec 140 millions d’albums vendus et 28 albums studios produits, David Bowie est destiné à l’extraordinaire. Il n’aura de cesse de se réinventer, d’expérimenter les genres : la musique noire (soul, funk, disco), la musique électro alors émergente, la drum’n’bass ou encore la techno. 

 

7 titres à retenir 

>> 1969 – Le début d’une pop révolutionnaire qui fédère : Space Oddity devient un hymne, la bande son de l’atterrissage de la mission Apollo 11. Les premiers pas sur la lune sont mis en musique par ce titre atmosphérique qui conte l’histoire d’un astronaute larguant les amarres ou celle d’un junkie, le mystère reste entier.

 

>> 1971 – Année de sortie de Life on Mars ? Si les accords et la mélodie rappellent vaguement My way, c’est parce que Bowie l’a bien voulu. Contacté pour écrire une version anglaise du titre Comme d’habitude de Claude François, David Bowie produit le titre Even a fool learns to love. Mais le producteur Paul Anka racheta les droits de la version anglaise faisant ainsi tomber dans l’inconnu la création de Bowie. En réponse à cette chanson restée dans l’ombre, David Bowie écrit Life on Mars ? comme une réponse à cet événement et comme ce qu’il décrit une « prise moderniste » de la version d’Anka. 

 

>> 1971 –  Moonage Daydream fait partie de ces chansons de Bowie devenues cultes parce qu’inimitable et d’une puissance créatrice incroyable. Ce titre est revenu en force lors de la sortie du film Les gardiens de la galaxie. Le réalisateur James Gunn a choisi le titre comme l’un des thèmes principaux du film et pour cause l’imaginaire de Bowie empreint de science-fiction fut une vraie source d’inspiration pour le réalisateur. 

 

>> 1972 – Un an plus tôt, Bowie sort son troisième album « The Man Who Sold The World » mais c’est lors de sa performance sur le plateau de l’émission « Top of the Pops » avec le titre Starman qu’il expose au grand jour son alter ego Ziggy Stardust. Ce live transcende une génération entière foudroyée par ce personnage androgyne, au look glamour rock, et à l’aura extraordinaire.