L’Orchestre Philharmonia joue Rachmaninov

Bernard Pivot a beaucoup fait pour la gloire du 1er Concerto de Rachmaninov, son premier mouvement ayant servi d’indicatif à l’émission Apostrophes pendant de longues années.

L’ouvrage demeure néanmoins bien plus rare en concert que les illustres 2e et 3eConcertos du maître russe, véritables chevaux de bataille des virtuoses. On est d’autant plus tenté d’aller écouter le concert donné par le Philharmonia de Londres au Théâtre des Champs-Élysées vendredi que le Concerto n° 1 y est joué par l’un des meilleurs connaisseurs de ce répertoire : Boris Berezovsky. Capable d’envolées volcaniques comme de moments de tendresse infinie, le virtuose est l’interprète idoine pour traduire l’élan conquérant et le lyrisme intense d’un compositeur de 17 ans seulement. D’autant qu’à la baguette, Vladimir Ashkenazy sera lui aussi dans son jardin. Pianiste passé à la direction d’orchestre, celui-ci a en effet énormément joué Rachmaninov en soliste jadis et sera un partenaire de choix pour Berezovsky. En complément, Rachmaninov encore, avec l’opulente Symphonie n° 2 qui valut un succès à son auteur en 1908, effaçant l’échec cuisant de la 1reSymphonie en 1897.