Macy Gray

La chanteuse nous offre la magnificence d’une black musique indémodable le 30 mars à la Cigale.

L’histoire riche de la soul music nous a offert quelques perles fantastiques, Aretha Franklin, Tina Turner, Gladys Knight… Comme aucune de ces grandes dames n’est immortelle, il a fallu trouver des héritières. Quand elle publie en 1999 son premier disque On How Life Is, l’Américaine Macy Gray se place tout de suite en sérieuse candidate pour atténuer le souvenir de ses aînées. Elle a même vu le jour, en 1967, l’année où Aretha Franklin publie son grand album, I Never Loved A Woman (1967), comme une incroyable promesse. Malheureusement sa carrière ne sera pas aussi flamboyante que nous laissait espérer son feu vocal. Macy s’est un peu perdue, entre une carrière de chanteuse inégale et son activité d’actrice. Les misères du temps imprègnent son nouveau disque, le beau et fêlé, Stripped, enregistré avec quelques magnifiques princes du jazz contemporain, le guitariste Russell Malone et le batteur Ari Hoenig. Elle les a réunis dans une église de Brooklyn, autour d’un micro, créant une ambiance en clair-obscur, intime, où se déploie, sur les superbes « Sweet Baby » et « She Ain’t Right For You », ce timbre écorché qui n’appartient qu’à elle. Blues fatigué et souffrant, grosse basse, splendeur religieuse.

Macy Gray en concert le jeudi 30 mars à 19h30 à La  Cigale, 120 boulevard de Rochechouart, 75018. M° Anvers. Prix : de 45,50 à 56,50 €.Tel : 01 49 25 89 99.