Marc Ribot’s Ceramic Dog

Ces dernières décennies il n’est pas un chef d’œuvre du rock et du jazz qui n’ait été enregistré sans le guitariste Marc Ribot : Il joue sur Rain Dogs (1985) de Tom Waits, Soul Alive (1987) de Solomon Burke, Dreamland (1996) de Madeleine Peyroux, Easy Come Easy Go (2008) de Marianne Faithfull, The Fall (2009) de Norah Jones, Bleu pétrole (2008) d’Alain Bashung…

Marc Ribot est un grand musicien, avant-gardiste et populaire, un dynamiteur du blues à la sonorité tordue et mélodieuse. Né à New York en 1954, de formation classique, il commence sa carrière comme simple comparse, accompagnant des stars soul de passage, Solomon Burke, Wilson Pickett, Rufus Thomas. Il apporte ce que les musiciens de Tom Waits appelleront d’abord, avec un peu de condescendance, des « fioritures sophistiquées », avant de se prosterner. Il restera d’ailleurs longtemps aux côtés de Waits, dont il s’éloignera pour mener à bien ses projets. Ce chemin solitaire est à la hauteur de cet artiste qui est comme un Brésilien en football, plein de fantaisie et de contrepieds, capable d’esquive et d’attaque, un art qu’il déploiera à la tête de son power trio jazzy Ceramic Dog. Encore quelques jours à attendre…