Melody Gardot et Dee Dee Bridgewater créent l’événement à Paris

Deux superbes chanteuses américaines, Melody Gardot et Dee Dee Bridgewater, font l’événement à Paris.

La première, âgée de trente ans, est la grande révélation du jazz vocal de ces dernières années, forte d’une histoire douloureuse. Elle traîne les séquelles d’un accident de la circulation qui l’oblige à se déplacer avec une canne et à porter des lunettes noires. Elle a transformé ses handicaps en style vestimentaire, se donnant un petit air aristocratique et vaporeux. Mais si son look fascine, c’est surtout musicalement qu’elle étincelle, à travers de magnifiques albums, My One and Only Thrill (2009) ou le nouveau, Currency of Man (2015), au soul-blues envoûtant, où sa voix grave est toujours aussi troublante.

Plus traditionnelle, mais tout aussi passionnante, Dee Dee Bridgewater, 65 ans, est une vieille connaissance. Elle scate, swingue, dans le sillage des classiques, Billie Holiday ou Ella Fitzgerald. Sa manière un peu clownesque de faire le show lui a valu quelques critiques, et elle a dû affronter des rivales plus jeunes, comme Diana Krall. Mais elle a toujours su rebondir, et revient en force avec un excellent disque de jazz New Orleans, qu’elle jouera, à la tête d’un grand orchestre, sur la scène du superbe festival jazz d’Enghien. Deux signatures, deux époques, pour un bel été féminin.

Melody Gardot, du 26 au 28 juin à 20 h à l’Olympia, 28, bd des Capucines, 9e. Mo Madeleine. Tél. : 0 892 68 33 68. Places : de 51 à 89,50 €.

Dee Dee Bridgewater, le 25 juin à 21 h au Théâtre Casino Barrière, 3, avenue de Ceinture, Enghien-les-Bains (95). Transilien ligne H, direction Pontoise. Tél. : 01 39 34 10 80. Places : de 20 à 66 €.