Meshell Ndegeocello

La petite bassiste au caractère bien trempé revient pour une soirée exceptionnelle au festival Banlieues Bleues.

Révélée sur le label de Madonna (Maverick), elle a mené un parcours original, jouant à peu près avec tout le monde, Joshua Redman, Herbie Hancock, Marcus Miller, Rolling Stones… Née à Berlin en 1968, d’un père militaire et musicien stationné en Allemagne, elle a mené une carrière musicale complètement libre, loin des modes, avec malgré tout une obsession : le souvenir de Prince, son idole absolue. Mais elle a su s’en défaire pour creuser tous les sillons de la black music moderne, de Miles Davis à Nina Simone dont elle aura été l’une des plus turbulentes et excitantes interprètes (Pour une âme souveraine), sans oublier tout ce qui fait le groove noir, y compris le hip hop. Son dernier disque, Comet, Come To Me, paru chez Naive, date de 2014, mais nous n’avons pas fini d’en épuiser la richesse. Il baigne dans la soul et le jazz, légèrement plus doux et moins spectaculaire que les précédents. Meshell se produit ce soir à la tête d’un orchestre compact (claviers, percussions…), discrète physiquement sur scène, mais toujours pleine de flammes et de force.