Murcof et Wagner au Café de la Danse

Le 11 octobre au Café de la Danse, le classique rencontrera la musique électronique. Deux univers, deux époques qui se rencontrent. Un mélange explosif entre tradition et modernité.

Les rencontres entre électronique et classique ont toujours quelque chose d’excitant, elles sont symboles de pont entre deux époques, deux histoires, et aident parfois à prendre un peu de recul sur l’actualité musicale, à regarder un peu plus loin que le bout de son nez. A condition que cela soit bien fait, certes. Le but étant qu’aucune des deux textures ne prenne le dessus, qu’elles parviennent au contraire à créer une certaine alchimie. Et c’est précisément le cas de la rencontre entre le producteur mexicain très prolifique Fernando Corona, alias Murcof, auteur d’une dizaine d’albums en douze années de carrière, et de la pianiste française Vanessa Wagner, amoureuse de Liszt, nommée « Révélation soliste instrumental de l’année » en 1999 aux Victoires de la musique classique et Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres s’il vous plaît. Un duo qui trouve sa genèse en 2010, sous l’impulsion du label Infiné, et dont la formule live mûrira pendant six ans, pour accoucher finalement d’un très bel album, Statea, sorti le 23 septembre dernier. On y croise les fantômes de quelque Arvo Pärt (« Variations For The Healing Of Arinushka »), Erik Satie (« Gnossienne n°3 »), Philip Glass (« Metamorphosis 2 ») ou Aphex Twin (« April 14th »), revus à travers le prisme minimaliste de la pianiste française et subtilement réarrangés à la sauce ambient du Mexicain. Un savant mélange à apprécier sur scène le 11 octobre au Café de la Danse pour une soirée placée sous le signe de la lévitation.

Le 11 octobre au Café de la Danse, 19h30, M° Bastille. 24€.