Myrczek & Tomaszewski

Métissé, libre, JazzyColors est l’un des festivals qui font honneur à notre ville durement touchée par les attentats du 13 novembre. Chaque Centre culturel étranger de la capitale présente des orchestres venus de partout, des pays de l’Est, du Nord, mais aussi de Taïwan.

On s’y promène sans savoir ce que l’on va écouter, du jazz world, du classique, de l’électro… Beaucoup des musiciens programmés, jeunes, n’ont pas publié encore beaucoup d’albums. Le festival se termine le 27 novembre avec un joli duo polonais. Il faut déjà un peu d’attention et de rigueur pour orthographier correctement le nom de ce groupe qui ferait un carton au scrabble, Myrczek & Tomaszewski. Mais pour le reste, leur œuvre musicale est tout ce qu’il y a de plus accessible. Ils sont deux, d’une trentaine d’années, un chanteur (Wojcieh Myrczek), et un pianiste (Pawel Tomaszewski), auteurs d’un album, Love Revisited, placés sous le signe des crooners, Sinatra et Nat King Cole, réarrangés de manière gracieuse et moderne. Ces deux musiciens s’aventurent aussi avec bonheur du côté de Michael Jackson. On ira écouter leur « Freedom Jazz Dance ». Ce titre sonne comme une réponse puissante à qui vous savez.