Natas Loves You

En ce début d’été, la principale actualité de Natas Loves You, c’est d’apparaître tout nu. Non pas dans un calendrier, mais dans la vidéo de leur nouveau titre Naked People. Un petit film de quatre minutes, donc, dans lequel le groupe et quelques figurantes batifolent les fesses à l’air dans une nature sauvage.

L’objet bénéficiant, est-ce une surprise, d’un excellent bouche-à-oreille : trente milles “views” en cinq jours ! Un succès dont le revers serait de reléguer la chanson au second plan… Dommage, car une fois encore le groupe cosmopolite fait la preuve qu’il sait écrire une chouette chanson pop : mélodieuse, entrainante et dont le refrain reste en tête. Des qualités que l’on avait déjà repérées sur leur album paru en 2014, The 8th Continent. Bien que les membres se soient rencontrés au Luxembourg, on a tendance à situer le groupe, signé sur un label français (Cinq7), parmi la cohorte des formations pop d’ici, catégorie super douées. De celles qui, comme We Were Evergreen, et à la suite de Phoenix ou Air, ont un passeport valide pour l’export. « Notre musique, c’est comme si des textes poétiques étaient joués par des punk qui voudraient faire du disco », résumait à peu près Pierre-Hadrien (claviers et voix) dans une présentation de leur premier album. Ou bien, pour mieux se faire comprendre, quelques influences sont avancées : Curtis Mayfield, Metronomy, The Zombies, A Tribe Called Quest ou João Gilberto. La palette est large, mais des dénominateurs communs établissent un état d’esprit. Natas Loves You, ça remue et c’est plutôt ensoleillé. Pour s’en convaincre, réécouter le discoïde Skip Stones ou le quasi-tube Go or Linger qui fricote avec une afro-pop au goût du jour. Brillant.

Premières parties : Moonsters et Bel Plaine