Neil Young en concert

Neil Young est un homme qui a toujours eu le cran d’exprimer haut ses convictions personnelles à coups de riffs rock telluriques et de coups de gueule épiques.

À bientôt 70 ans (il les aura en novembre prochain), l’icône rock canadienne a peut-être entamé son combat – politique et artistique – le plus emblématique avec la parution il y a pile un an de son dernier album The Monsanto Years. Une prise à partie virulente contre le géant de l’agroalimentaire américain, mais aussi une soufflante contre le capitalisme destructeur et le délabrement d’un monde vidé de toute conscience.

Militant écologique de longue date, l’artiste a toujours affiché un réel souci de l’environnement. Aujourd’hui, le militantisme de Neil Young est passé à une phase beaucoup plus offensive avec discours choc dans les médias, prises de positions politiques publiques (il a soutenu Bernie Sanders et sa “taxe écolo” lors des primaires démocrates pour l’élection présidentielle américaine prévue en novembre prochain) et tournée des stades pour prêcher en live la bonne parole.

Renouant avec les éclats électriques de ses albums enregistrés avec le Crazy Horse, Neil Young livre avec The Monsanto Years un disque de folk-rock brut furieux porté par des slogans invitant à changer l’ordre mondial. Épaulé pour cette nouvelle tournée par son nouveau groupe Promise of The Real (où officient notamment Lukas et Micah Nelson, les fils du chanteur de country américain Willie Nelson), l’auteur de Harvest creuse le sillon d’un rock rugueux et passionné. Neil Young, un rocker toujours vert.