NEW ORDER

New Order a toujours posé un problème aux inconditionnels de Joy Division. Pour rappel, après le suicide du chanteur de Joy Division, Ian Curtis (1956-1980), les trois autres membres du groupe after-punk de Manchester ont poursuivi l’aventure sous le nom de New Order. Mais bon nombre des fans de la première heure ont jugé que la nouvelle mouture trahissait quelque peu l’esprit de Joy Division, voire ne rendait pas grâce à la mémoire de Ian Curtis…

La faute à des disques trop dance, trop enjoués, trop commerciaux. Pourtant, les membres de New Order sont formels : Ian Curtis aurait enregistré sans hésiter le maxi Blue Monday (1983), qui doit autant à Kraftwerk qu’à l’italo-disco Our Love de Donna Summer. Mais aurait-il pris part à l’hymne World In Motion (1990), destiné à soutenir l’Angleterre pour la Coupe du monde de football ? Probablement pas. Nullement intimidé, New Order a suivi sa propre voie. A partir de l’album Technique (1989), le son du groupe faisant même quelques incursions en territoire house music. Fin septembre, la parution de Music Complete voit le groupe mené par Barney Sumner, dont Peter Hook n’est plus le bassiste, poursuivre ses deux marottes : la pop à guitares et la dance pop de discothèque. On dira discothèque, et non club. La nuance concerne l’ambition d’une musique populaire, diffusable à la radio, où le chant demeure. Quoi qu’il en soit, après le chouette single Restless qui fonce tête baissée et guitares carillonnant, Music Complete s’engage dans un tunnel électro-pop/disco, dans lequel se succèdent des titres discutables (Tutti Frutti, Stray Dog) et enthousiasmants : Plastic, People On The High Line et plus loin le bicéphale Unlearn This Hatred. Pourtant, c’est quand New Order reprend la guitare et la basse à fort volume que le groupe convainc de nouveau franchement (Nothing But A Fool). Cette propension à enrouler les guitares autour d’une pulsation disco/funk laisse penser que Barney Sumner aurait rêvé d’enregistrer le carton mondial Get Lucky (Daft Punk)… La prochaine fois ? D’ici là, New Order repart en tournée, n’hésitant pas à jouer Transmission, Atmosphere et Love Will Tear Us Apart en rappel. Trois titres de Joy Division.