Paris cet été: du son, du son, du son !

Un été à Paris ? Rien de grave, côté musique les occasions de s’éclater sont nombreuses ! Festivals, concerts, soirées… il y a l’embarras du choix.

Rock, pop, chanson…

Dans l’attente de Rock en Seine, placé juste avant la rentrée, l’été musical à Paris sera rock… mais par petites touches. Cela dit, on ne pourrait pas suivre la cadence du Fnac Live (du 15 au 18 juillet), sur le parvis de l’Hôtel de Ville, pendant deux mois. Belle affiche ce jeudi avec notamment Django Django, Selah Sue et Benjamin Biolay (lui sera dans le salon). Puis le lendemain, c’est encore mieux : The Shoes (à 21 h 50) succédant à Jeanne Added, Baxter Dury et Dominique A…  

Festival Fnac Live 2013 (C) Ben Callens

 

Pour le reste, l’essentiel des réjouissances est programmé en juillet. On notera ainsi que la Cigale accueillera les 17 et 18 la seconde édition du City Sounds Festival, soit deux jours dédiés au rock new-yorkais, avec en têtes d’affiche Thurston Moore et le Heavy Trash de Jon Spencer (Pass 2 jours : 50 €). Néanmoins, certains lieux demeurent ouverts tout l’été. À commencer par La Plage à Glazart (19e) et Petit Bain (13e). À La Plage, sympathiques affiches pop cette semaine avec les inventions de Fiodor Dream Dog (le 15) et les envolées rêveuses de In The Canopy (le 16). Le lieu en plein air réalisant le tour de force d’un programme renouvelé chaque jour.

À Petit Bain, un nom qui révèle toute sa pertinence en période de grosse chaleur, l’été ne sera pas oisif. Direction le Port de la Gare pour un agenda à la fois bien rempli et très éclectique. Ici, un peu d’indie rock fomenté dans les années 80 et 90 avec The Wedding Present (le 17 juillet). Là, des concerts en terrasse ou bien la présence récurrente de l’animateur pop Kim (lui aussi dans le circuit depuis un bail). Mais la chouette idée de l’été, c’est d’avoir inventé Les Femmes s’en mêlent estival ! À Petit Bain toujours, les 23 et 24 juillet, le “Summer LFSM” invite entre autres les belles voix de Molly Nilsson, The Rodeo et Mesparrow. Une belle palette pop et folk avec des DJ sets prestigieux. Le tout 100 % féminin, parce que « malheureusement, les artistes féminines se font rares sur les affiches des festivals d’été… », constate-t-on chez LFSM.

La suite de l’été alterne entre concerts variés, du death metal aux musiques du monde en passant par Cléa Vincent (le 31 juillet) ou La Féline (le 21 août), des shows sur la terrasse ou des ateliers danse, etc. Un peu plus loin, on peut jeter un œil à la programmation de la Dame de Canton, ouverte le mois de juillet, et au Batofar très actif aussi l’été – avec deux groupes cold wave de bonne tenue le 17 août, dont les noms évoquent d’emblée Joy Division : Iceage et Ceremony. 

 

Ben l’oncle Soul, Black Summer Festival (C) Frank Bohbot

Que deviennent les sœurs CocoRosie ? Réponse le 16 juillet au Cabaret Sauvage, où l’on programme aussi le Black Summer Festival jusqu’au 26 juillet : Ben L’Oncle Soul, Mahmoud Ahmed, Femi Kuti et Black Uhuru figurent en haut de l’affiche. Puis l’on se projettera jusqu’à Rock en Seine, devenu une sorte de rituel annuel pour fans de pop internationale. Avec en haut de l’affiche quelques poids lourds d’outre-Manche : The Chemical Brothers ; The Libertines ; Kasabian ; Franz Ferdinand & Sparks ; Alt-J ; Hot Chip… The Offspring et Interpol incarnant la réplique US. Côté Français, Étienne Daho et Fauve vont tenter de s’interposer. On sera aussi attentif à la sensation rock psyché en provenance d’Australie, Tame Impala, aux uppercuts de Parquets Courts, au brio de Balthazar. Avec cinq scènes installées dans le jardin à la française, Rock en Seine est aussi une invitation à la découverte._

Jazz et groove au New Morning

L’été, le jazz s’écoute principalement au New Morning, du moins pendant le mois de juillet, avec son festival All Stars. La mythique salle accueillera beaucoup de fanfares funky et soul, comme le Brooklyn Funk Essentials (le 17 juillet) et The Soul Rebels (le 18), jusqu’aux Cubains du son et du boléro, Septeto Santiaguero (le 29), toujours aussi populaires. Mais surtout le New reçoit, le 21 juillet, l’un des membres de la prestigieuse fratrie américaine Marsalis, le saxophoniste Branford, 55 ans, issu du conservatoire de Berklee (Boston), et originaire de la mythique région de la Nouvelle-Orléans. Émule de Lester Young et de John Coltrane, il défend un jazz classique de grand orchestre, loin des modes et des caprices du temps, compose, dirige, enseigne même la musique. Branford, bel érudit, a cependant été un peu plus loin dans les formes, n’hésitant pas à explorer le funk et la pop jusqu’à accompagner le chanteur Sting, et le groupe Public Enemy. Il n’emmènera pas ce soir une formation pléthorique, mais un quartette (au New Morning, c’est plus prudent), composé des musiciens de son “école” dont l’une de ses découvertes, le pianiste Joey Calderazzo. Et Branford sera, comme toujours, élégant et précieux !_

Festival All Stars, au New Morning, 7-9, rue des Petites-Écuries, 10e. Mo Château d’eau. Tél. : 01 45 23 51 41.

Un été classique

Passage de relais cette semaine à l’Orangerie du parc de Bagatelle entre le Festival Chopin, qui s’achève le 14 juillet (à 17 h) avec un récital Chopin, Debussy et Ravel d’Hélène Tysman, et la série Musique de chambre à Bagatelle proposée à partir du 16 par l’Octuor de France. Cet ensemble constitué de cordes et de vents se produit à plusieurs reprises jusqu’au 15 août dans des programmes mêlant le grand répertoire, de Schubert à Tchaïkovski, à des auteurs moins courus (Kreutzer, Berwald, Glazounov, Dohnányi, Menotti).

Musique de chambre à Bagatelle, 16, 19, 23, 26, 30 juillet, 2, 13 et 15 août (20 h 30, 16 h 30 les samedis et dimanches), Orangerie du Parc de Bagatelle, 16e. Tél. : 01 79 46 47 64, places de 17 à 25 €.

Hôtel d’Albret (le 15 juillet), Hôtel de Beauvais (le 16), Hôtel de Lauzun (le 17), Hôtel de Sully (le 18) : quatre soirs d’affilée, les musiciens de l’Orchestre de chambre de Paris vous donnent rendez-vous dans des cours du Marais pour des concerts gratuits en plein air qui font la part belle à Mozart, Beethoven et Schubert. Les amoureux de musiques pour vents noteront le programme du 16, entièrement dédié à ce répertoire avec l’Octuor de Beethoven et deux sérénades de Mozart.

À 20 h. Entrée libre dans la mesure des places disponibles (réservation impérative sur orchestredechambredeparis.com).

Au cœur de la ville, le Festival Jeunes Talents de l’Hôtel de Soubise se prolonge jusqu’au 25 juillet (notez cette semaine la présence de Benjamin Alard le 15, de l’Ensemble Nevermind le 17 et du Quatuor de saxhorns Opus 333 le 18), le Parc floral de Vincennes accueille à partir du 1er août le 18e festival Classique au vert pour un tour du monde en musique. Jusqu’à la mi-septembre, sept week-ends thématiques gratuits attendent le mélomane. François Salque (violoncelle) et Vincent Peirani (accordéon) donnent le coup d’envoi d’une manifestation qui reçoit par exemple le claveciniste Jean Rondeau (le 2 août), le contre-ténor Rodrigo Ferreira (le 8), la flûtiste Juliette Hurel avec l’Orchestre Pelléas (le 16) et les pianistes François Frédéric Guy et Nicholas Angelich avec l’Orchestre de chambre de Paris (les 29 et 30).

Festival Jeunes Talents, à 20 h aux Archives nationales, 60, rue des Francs-Bourgeois, 3e. Mo Hôtel de Ville. Tél. : 01 40 20 09 32. Places : 12 et 15 € (gratuit pour les moins de 12 ans). Classique au Vert, du 1er août au 12 septembre au Parc floral de Paris, 12e. Mo Château de Vincennes. Concerts à 16 h (20 h le 29 août) sous le Delta, gratuits après acquittement de l’entrée du parc (3-6 € ; gratuit pour les moins de 7 ans).

 

À quelques encablures de Paris, on n’oublie pas le 46e Festival de l’Orangerie de Sceaux (de retour dans l’Orangerie rénovée). Un savoureux programme tchèque par Patrick Messina (clarinette) et le Quatuor Vogler (le 15 août) inaugure une riche édition où l’on guette le concert de La Symphonie de Poche de Nicolas Simon, avec Rémi Geniet au piano (le 22)._

Du 15 août au 20 septembre. RER B, arrêt Bourg-la-Reine. Rens. : 01 46 60 00 11. Places : de 5 à 35 €.