Peter Von Poehl au Café de la Danse

Peter Von Poehl trace un sillon étoilé, loin des modes et heureux d’avoir pris sont temps pour sortir sa nouvelle œuvre, Sympathetic Magic.

Peut-être certains Parisiens l’ont-ils aperçu sur son vélo étrange en train de slalomer dans les rues. Peter von Poehl a fait de la légèreté une marque de fabrique charmante. Pour mesurer sa délicatesse, il faut tendre l’oreille, goûter sa musique à la douce senteur de thé et de fin d’après-midi ensoleillée. Nous l’avons découverte dans son merveilleux premier album, Going To Where The Tea-Tress Are (2006), publié sur le label Tôt ou tard. Il y déployait un talent hors norme pour tricoter de fines mélodies et les chanter avec suavité. Ce coup de maître solo venait après bien des collaborations, au sein du groupe de Bertrand Burgalat, AS Dragon d’abord, puis dans l’ombre des chanteurs français, de Vincent Delerm à Marie Modiano, la fille de l’écrivain nobélisé qui deviendra sa campagne. La plupart de ses albums ne l’ont pas enrichi, mais l’important n’est pas là. Peter Von Poehl trace un sillon étoilé, loin des modes, heureux de prendre son temps. Quatre ans lui auront été nécessaires pour sortir sa nouvelle œuvre, Sympathetic Magic, riche, une nouvelle fois, de merveilleux arrangements symphoniques de cordes et hautbois, et emmenée par cette voix venue de l’espace. Il nous offre même un chef d’œuvre de composition, « Inertia ». Rare et précieux. 

Le  mercredi 7 juin à 19h30 au Café de la Danse, 5 Passage Louis-Philippe, 11e. M°Bastille. Places : 24-20 €. Téléphone : 01 47 00 57 59.